AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexionNouveaux messages depuis dernière visite
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 30 utilisateurs en ligne :: 14 Enregistrés, 0 Invisible et 16 Invités :: 2 Moteurs de recherche

birel, Catastrofik, CDVC, Edouard B., EDOUARD Jean, faure, Fügner, jeanmichel.prudon, Michel Debrock, MuZskorpion, PLP, R one, scrat56, TZ

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 187 le Lun 3 Déc 2012 - 6:45
Derniers sujets
» [Oldies] Quizz??????
Aujourd'hui à 7:24 par Fügner

» [Moto2] NARD
Aujourd'hui à 7:22 par R one

» [WSBK] Assen 2017
Aujourd'hui à 6:49 par EDOUARD Jean

» Honda CB 350
Aujourd'hui à 4:19 par Pierre"PhilRead"

» [Technique] Comment se répartissent les forces qui font fléchir un axe de roue,un axe de bras oscillant ?
Aujourd'hui à 3:30 par Dan42

» [GP125] All that you wanted to know on Aprilia RSA 125, and more, by Mr Jan Thiel and Mr Frits Overmars (PART 5)
Aujourd'hui à 1:55 par marsheng

» [SORTIES] Sunday Ride Classic 2017 - 15 et 16 Avril 2017 au Circuit Paul ricard
Aujourd'hui à 1:23 par collecto

» [GP] GP des Etats Unis à Austin - du 21 au 23 Avril 2017.
Hier à 23:52 par EDOUARD Jean

» [Road racing] Saison 2017
Hier à 23:19 par mickey

» Autocollants Moto
Hier à 13:09 par cassandre

» [ Sorties ] Iron Bikers 2017
Hier à 12:23 par caferace03

» [MotoGP] Tech3
Hier à 8:41 par BM1150R

» V M A Croix en Ternois !
Hier à 2:23 par Vivien57

» [Sorties] Mont-Ventoux Classique 2017
Jeu 27 Avr 2017 - 14:12 par Jean-Rene

» [Oldies] Malheureusement, ils sont partis...
Jeu 27 Avr 2017 - 12:38 par cat

» [Oldies] Parlons Benelli !
Jeu 27 Avr 2017 - 11:47 par JH42

» [Road Racing] TT 2017
Jeu 27 Avr 2017 - 6:11 par Pierre"PhilRead"

» [BSB] Oulton park 1 2017
Jeu 27 Avr 2017 - 4:19 par mickey

» [Oldies] Hubert Rigal à l'honneur...
Jeu 27 Avr 2017 - 2:03 par 88 daytona

» Carnet de piste d'Alex (saison 4)
Mer 26 Avr 2017 - 14:20 par missizjolan

» [Oldies] Jarno Saarinen, la star qui a révolutionné le pilotage... (Part 3)
Mer 26 Avr 2017 - 10:31 par JH42

» [GP] Loris Baz
Mer 26 Avr 2017 - 9:21 par saccala

» Alastaro 23 juillet 2017
Mer 26 Avr 2017 - 0:10 par JH42

» [Endurance] Recherche d'une place en tant que bénévole dans un team aux 24h du Mans
Mar 25 Avr 2017 - 12:25 par Kéo 11

» La Manx Bonneville de Yves Kerdevez(moto revue no 1776)
Mar 25 Avr 2017 - 10:18 par Fügner

» [Sorties] Calendrier 2017 des manifestations, roulages, circuits, côtes,....
Mar 25 Avr 2017 - 10:04 par Dukasuz

» Course 250cc Magny Cours Trophée KlassGP (ONLY TWO STROKE)
Mar 25 Avr 2017 - 9:56 par jmo

» [Oldies] Circuit de Saint Cloud, 9 juin 1946
Mar 25 Avr 2017 - 9:33 par DidierF

» La Roadson 1078 R de Jean-François Robert
Mar 25 Avr 2017 - 5:54 par Ed

» Jacques Bussillet
Mar 25 Avr 2017 - 4:43 par Marc

La réclame...

Mots-clés
MOTEUR SUZUKI yamaha rouge france MANS metiss légende 1973 2013 inventaire side aprilia geco ICGP cadre moto kreidler zone classic artisanales coupe motos honda françaises oldies
Meilleurs posteurs
Marc
 
philwood
 
Jarno
 
mickey
 
Pierre"PhilRead"
 
Fügner
 
yves kerlo
 
janpol84
 
EDOUARD Jean
 
bubu
 

Partagez | 
 

 [Interview] Hervé Poncharal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Marc
Admin
avatar

Nombre de messages : 27306
Age : 58
Localisation : Villiers sur Marne (94)
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: [Interview] Hervé Poncharal    Ven 16 Mar 2012 - 7:07

Je remets ici les différents chapitres de cette interview réalisée par notre partenaire

Les CRT:




Tech3 en Moto2:





Bradley smith et Xavier Simeon:

Revenir en haut Aller en bas
http://www.pit-lane.biz
Marc
Admin
avatar

Nombre de messages : 27306
Age : 58
Localisation : Villiers sur Marne (94)
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: Re: [Interview] Hervé Poncharal    Ven 15 Fév 2013 - 3:42

Voici maintenant une interview exclusive réalisée par Adrien (Mototribu.com) durant les essais post-Valence 2012 que je reporte ici, brute, avant de l'intégrer en page d'accueil.

Merci Adrien!






MOTOGP – interview exclusive d’H. Poncharal Team Manager Tech3






Passé, présent et avenir : tel pourrait être le résumé de cet entretien que nous a accordé Hervé Poncharal le Team Manager des Teams Tech3 de MotoGP et de Moto2.


Cela se passait au lendemain du Grand Prix de Valencia en Espagne.


Cal Crutchlow et Xavier Simeon venaient de manquer de belles occasions de monter sur leurs podiums respectifs mais Hervé Poncharal était d’humour joviale, détendu après cet ultime GP et pas mécontent de tourner une nouvelle page de son Team de Moto2 en compagnie de Danny Kent, qui venait de remporter le Grand Prix Moto3, et de Louis Rossi.


Hervé Poncharal nous a parlé avec sincérité de la saison 2012 du Team Tech3.


Des erreurs qui ont pu être commises notamment dans la gestion du Team Moto2, de ses relations avec ses pilotes.


Valentino Rossi! Impossible d’éviter le sujet!


Hervé Poncharal est satisfait de son line up 2013


Mais le Président de l’IRTA n’a pas manqué d’évoquer l’avenir de la catégorie reine, en 2014 avec sa nouvelle règlementation, les motos Honda et les moteurs Yamaha client et les maigres 20l de carburant dévolus aux motos d’usine : sacré challenge!


Sans oublier le boitier électronique unique pour tout le monde mais sa programmation informatique libre.


Hervé Poncharal évoque également un sujet rarement abordé celui de l’anorexie de certains pilotes de Moto2 prêts à tout pour gagner du poids.


Sujet grave duquel résulte une nouvelle règlementation de poids total moto + pilote.


La saison hivernale, le travail de développement à effectuer notamment en Moto2.


Bref un 1/4 d’heure d’entretien détendu avec le Président de l’Irta (l’Association des Teams) sur l’essentiel des sujets qui touchent la discipline en ce début de saison 2013.


Hervé Poncharal regard tourné vers 2013 et 2014 avec Monster Energy


interview exclusive d’Hervé Poncharal




Revenir en haut Aller en bas
http://www.pit-lane.biz
Marc
Admin
avatar

Nombre de messages : 27306
Age : 58
Localisation : Villiers sur Marne (94)
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: Re: [Interview] Hervé Poncharal    Jeu 11 Avr 2013 - 13:33

Non, ce n'est pas contre KTM!



http://www.moto-station.com/article16099.html#.UWcPzqXJR8F
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pit-lane.biz
Rodgers

avatar

Nombre de messages : 1047
Age : 59
Localisation : Bretagne sud
Date d'inscription : 24/02/2010

MessageSujet: Re: [Interview] Hervé Poncharal    Mar 21 Jan 2014 - 12:22

Une pensée pour toute l'équipe de il y a des photos sur facbook qui en disent long sur les dégâts subit chez tech3 après les intempéries.
https://www.facebook.com/photo.php?fbid=632425793472761&set=a.144840848897927.23915.144452205603458&type=1
  
Revenir en haut Aller en bas
http://www.djrodgers.fr
Marc
Admin
avatar

Nombre de messages : 27306
Age : 58
Localisation : Villiers sur Marne (94)
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: Re: [Interview] Hervé Poncharal    Mar 21 Jan 2014 - 13:19

Pour ne rien vous cacher, voici, à titre informatif, comment fonctionne l'info aujourd'hui.

Hier, en regardant les infos, je pense à Tech3 car je sais, pour la connaître, qu'ils sont situés dans la zone la plus inondée.
Je les appelle mais la secrétaire m'indique très gentiment qu'ils sont à fond au nettoyage et me signale qu'il vaudrait mieux rappeler ce matin.
Ce matin, je rappelle mais je comprends vite qu'ils sont encore à fond, même si Guy Coulon me prend quand même au téléphone.
J'écris donc un petit message de sympathie sur GP Inside.
Voyant cela, Hervé Poncharal rappelle Grégory pour remercier, puis lui envoie les photos, ainsi qu'à Moto Journal et quelques autres.
Ce soir, les photos sont sur tous les sites de la planète...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pit-lane.biz
papy jac

avatar

Nombre de messages : 660
Age : 74
Localisation : LIEGE (B)
Date d'inscription : 25/12/2009

MessageSujet: Re: [Interview] Hervé Poncharal    Mer 22 Jan 2014 - 2:42

Pas ce soir Marc et c'est bien triste a voir   
http://www.moto-vroom.com/index.php/sport/moto2motogp/item/2084-hoofdkwartier-tech3-team-overstroomd
Revenir en haut Aller en bas
http://jbsenior.skyrock.com/
crazytoon

avatar

Nombre de messages : 1342
Age : 43
Localisation : paris
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: [Interview] Hervé Poncharal    Lun 24 Fév 2014 - 2:25

Une petite interview sur motomatters, par David Emmett
Enfin, petite... :)

http://motomatters.com/interview/2014/02/24/herve_poncharal_interview_on_the_open_ya.html?utm_source=feedburner&utm_medium=twitter&utm_campaign=Feed%3A+MotoGPMatters+%28MotoMatters%29
Revenir en haut Aller en bas
http://www.3crazytoon.org
GrahamB

avatar

Nombre de messages : 3457
Age : 55
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 19/08/2011

MessageSujet: Re: [Interview] Hervé Poncharal    Lun 24 Fév 2014 - 2:47

En bref :
"Les dirigeants au Yamaha sont nos chefs, qui sommes nous à questionner la sagesse de nos chefs? Clairement, tout va bien dans le meilleur des mondes... bien que des fois nous les petits soldats ne comprenions pas tous. Or il suffira d'attendre et la bénévolence de Yamaha nous donnera inévitablement raison, car même s'il semble errer, cela ne sert que pour mieux comprendre comment arriver à notre but commun dans le futur auréolé de gloire"

Il y a, pourtant, pas mal d'info non-écrite entre les lignes.
Revenir en haut Aller en bas
Jarno

avatar

Nombre de messages : 8659
Localisation : Imatra sur Seine
Date d'inscription : 10/11/2009

MessageSujet: Re: [Interview] Hervé Poncharal    Lun 24 Fév 2014 - 3:46

Selon Speedweek Poncharal demande à bénéficier des pneus tendres des Open
A suivre...

En parallèle, Edwards a déclaré à Motorcycle News qu'il était impatient de tester le cadre FTR parce qu'il l'avait trouvé excellent en termes de rapport rigidité/flexibilité en fin de saison dernière et qu'il est sur qu'il sera intéressant de le tester autour du moteur Yamaha Open.

Mais FTR aurait juste répondu que le cadre est toujours en préparation, sans donner la moindre date de livraison.

Est-ce que Hervé Poncharal peut accepter que les Yam evo aillent plus vite que ses Yam proto ?
Sans doute pas de gaieté de coeur, mais c'est Yamaha qui est décisionnaire, concernant le matériel livré à ce qui est désormais leurs deux teams satellite.

A suivre avec intérêt à Sepang-2 parce que beaucoup de choses se passent certainement en coulisses depuis Sepang-1 et le coup de tonnerre des temps de Aleix Espargaro (qui aurait sans doute mieux fait de cacher son jeu pour ne pas faire de vagues, mais Forward a besoin de sponsors, donc le coup d'éclat était le bienvenu de ce point de vue)

Revenir en haut Aller en bas
Marc
Admin
avatar

Nombre de messages : 27306
Age : 58
Localisation : Villiers sur Marne (94)
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: Re: [Interview] Hervé Poncharal    Lun 24 Fév 2014 - 8:22

Et encore, tu ne parles des Ducati...

http://www.gp-inside.com/6515/23-fevr-2014/un-sepang2-a-la-sauce-bolognaise

Bref, d'ici à ce que les Open passent à 21 litres, il n'y a pas loin... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pit-lane.biz
rudgissimo

avatar

Nombre de messages : 277
Age : 43
Localisation : Beaucoup trop loin de ma bretagne, sur une marche ou Nominoe...
Date d'inscription : 20/03/2013

MessageSujet: Re: [Interview] Hervé Poncharal    Lun 24 Fév 2014 - 15:05

Super news...   
Et maintenant, ce sont les constructeurs qui décident qui doit être au top ou pas parmi leurs clients comme cela leur chante....
Purée, l'image qu'ils donnent aux spectateurs.
Que le meilleur gagne ? quel est le naïf qui a dit ça ?

Revenir en haut Aller en bas
Marc
Admin
avatar

Nombre de messages : 27306
Age : 58
Localisation : Villiers sur Marne (94)
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: Re: [Interview] Hervé Poncharal    Mer 18 Fév 2015 - 16:18

Hervé Poncharal : Smith, Espargaro et la menace rouge !

16-02-2015 19:30 ExclusifGregory Hellinx



Alors que la première salve d’essais pour la catégorie reine a eu lieu du 4 au 6 février sur le circuit de Sepang en Malaisie et que le chrono ne nous a pas apporté grand-chose de nouveau par rapport à la réalité de la piste qui prévalait en 2014, nous avons pris le temps de décortiquer les résultats en compagnie d’Hervé Poncharal.

Il en ressort une très longue interview au cours de laquelle nous avons abordé les sujets les plus divers comme par exemple Cal Crutchlow et son départ de chez Ducati, Valentino Rossi, Loris Baz, la réglementation 2016, l’arrivée d’Aprilia et le retour de Suzuki, Fabio Quartararo (lire ici), les pronostics pour le championnat…

Vu la longueur de l’entretien et afin de vous en faciliter la lecture, nous avons décidé de vous publier des extraits tout au long de la semaine que nous essayerons de publier à 19h30. Bien entendu, les premières questions ont porté sur les pilotes Tech3.

Bradley Smith et Pol Espargaro sont deux pilotes à la croisée des chemins et pour l’un comme pour l’autre, 2015 sera une année cruciale puisque si le premier devra convaincre son team manager de l’étendue des performances qu’il est en mesure d’obtenir, le second, sous contrat avec Yamaha, devra démontrer au management d’Iwata qu’il est bel et bien capable de se battre en haut de l’affiche, chose que, la saison dernière, il n’a pas toujours été capable de faire.

Nouvelle saison, nouveaux objectifs, mais aussi nouvelle donne. En effet, comme on a déjà pu le voir à Sepang, viser les premiers accessits derrière les quatre fantastiques ne sera pas chose aisée puisqu’il faudra désormais compter sur les pilotes Ducati qui, aujourd’hui, auront pu admirer une GP15 qui semble prometteuse (lire ici).

Nous avons donc également demandé au Team Manager français de nous livrer son point de vue sur les pilotes de Borgo Panigale.    

Pour rappel, Espargaro a clôturé les essais de Sepang en sixième position à 984 millièmes de Marquez et Smith en neuvième position à 1.517 seconde.

GPi : Hervé, parlons un peu de Sepang et tout d’abord des tiens. Commençons par Pol Espargaro dont on suppose que tu attends beaucoup !

« H.P. : En 2015, nous attendons effectivement beaucoup de Pol et quand je dis « nous », c’est moi mais aussi Yamaha. Comme tu sais, Yamaha Japon a trois pilotes sous contrat : Lorenzo, Rossi et Espargaro. En 2014, il a réussi son année de manière correcte en s’adjugeant le titre de ‘rookie of the year’ mais en 2015, nous attendons qu’il prouve tout le bien que nous pensons de lui. Toutes les saisons sont importantes mais peut-être plus encore pour lui car il arrive à la dernière année de son contrat, il n’est plus rookie. J’ai été très content de voir qu’à Sepang, ce n’était plus le même Pol que celui qui débutait chez nous il y a un an, que ce soit du point de vue physique où on l’a vu beaucoup plus affuté ou du point de vue de son pilotage. La manière dont il roule est beaucoup plus MotoGP, avec la bonne technique, les bonnes habitudes. Il est assez proche du meilleur de tour de Rossi et de Lorenzo qui sont les références chez Yamaha. En revanche, en rythme, il faudrait qu’il gagne deux ou trois dixièmes pour être capable de se bagarrer avec eux et éventuellement pouvoir prétendre à un podium.

On doit donc encore bosser pour tenter de stabiliser les performances sur l’ensemble de la course.

Deux choses devraient nous aider dans notre recherche de performance. La première est qu’on a pu remarquer qu’il était beaucoup plus performant avec les pneus usés, la seconde est que cette saison, nous aurons la seamless utilisée par Rossi et Lorenzo en 2014 c’est-à-dire disponible depuis le premier rapport et pas uniquement depuis le second comme celle que nous avions la saison dernière.

GPi : Quant à Bradley Smith, son résultat n’est-il pas un peu décevant ?

H.P. : Bradley est un petit poil derrière en temps mais comme vous le savez, les pilotes font un peu tout et n’importe quoi en dehors des Grand Prix et 8 jours avant Sepang, il s’est occasionné une grosse grosse entorse en faisant du motocross.

Il a laissé le pied dans une ornière mais heureusement, il n’y a eu ni fracture, ni ligaments arrachés. Ceci dit, c’était vraiment limite ! Il a tout de même les ligaments abîmés, une grosse entorse et il avait encore beaucoup de sang dans la cheville. Malgré tout, il a tenu à être présent, à faire beaucoup de tours mais c’est certain que sur la distance, ça lui a posé pas mal de problèmes.

On va donc attendre les seconds essais pour nous prononcer mais je pense qu’en rythme, il n’était pas trop mal. Il était en tout cas beaucoup plus proche de Pol que ce que le chrono sur un tour peut le laisser penser.

GPi : A Sepang, avec une moto qui n’avait finalement pas réellement évolué, on a pu voir que les pilotes Ducati, que ce soit Iannone ou Dovizioso, étaient capables de concurrencer les pilotes Tech3. Avantage de l’extra soft ou réelle menace ?

H.P. : C’est clair que sur un tour, l’extra soft aide sensiblement la Ducati mais bon, il ne faut pas se voiler la face, le cinquième mondial en 2014 il s’appelle Andrea Dovizioso !

On a eu Andrea chez nous en 2012, j’ai énormément de respect pour ce pilote. Il a été pilote officiel Honda, il a roulé sur des Yamaha officielles chez nous, il en est désormais à sa troisième saison chez Ducati…c’est un pilote complet, il connaît le MotoGP, c’est un excellent technicien, il est extrêmement fin et puis surtout il est malin comme vous ne pourriez pas l’imaginer !

Alors, dire que les Ducati ne seront pas une menace, reviendrait à manquer de lucidité et à se montrer prétentieux  surtout qu’ils n’ont pas encore eu la GP15 à leur disposition.

Après, la GP15 ne va peut-être pas leur faire gagner une seconde mais ils ont deux excellents pilotes avec Dovi et Iannone qui, la saison passée, a laissé entrevoir de très belles choses.

Ensuite il y a ce fameux extra soft qui leur donne un avantage significatif sur un tour et donc sur les qualifications. C’est évident que les Ducati vont nous embêter. Mais voilà, c’est la course, personne ne vous offre sa place, vous devez battre tout le monde.

La saison dernière, on a beaucoup parlé des avantages donnés à Ducati en contrepartie de l’utilisation de l’ECU standard mais malgré les extra soft, malgré le nombre plus élevé de moteur et malgré l’essence supplémentaire embarquée, les quatre premiers au championnat sont restés Marquez, Rossi, Pedrosa et Lorenzo !

On peut donc être devant mais on doit progresser en pilotage cependant c’est évident que Dovi et Iannone seront très très dangereux ».     

Rendez-vous est donc d’ores et déjà pris demain pour la seconde partie de l’interview.

Stay tuned !


_________________
Un p'tit clik vaut mieux qu'une grande claque; c'est Harry qui l'a dit! Wink

http://www.paddock-gp.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pit-lane.biz
Marc
Admin
avatar

Nombre de messages : 27306
Age : 58
Localisation : Villiers sur Marne (94)
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: Re: [Interview] Hervé Poncharal    Mer 18 Fév 2015 - 16:20

Alors Hervé Poncharal, Loris Baz sera-t-il le prochain français à relever le défi Tech3 ?

17-02-2015 19:30 ExclusifGregory Hellinx



Alors que la première salve d’essais pour la catégorie reine a eu lieu du 4 au 6 février sur le circuit de Sepang en Malaisie et que le chrono ne nous a pas apporté grand-chose de nouveau par rapport à la réalité de la piste qui prévalait en 2014, nous avons pris le temps de décortiquer les résultats en compagnie d’Hervé Poncharal.

Il en ressort une très longue interview au cours de laquelle nous avons abordé les sujets les plus divers comme par exemple Cal Crutchlow et son départ de chez Ducati, Valentino Rossi, les pilotes Tech3 (lire ici), la réglementation 2016, l’arrivée d’Aprilia et le retour de Suzuki, Fabio Quartararo (lire ici), les pronostics pour le championnat…

Vu la longueur de l’entretien et afin de vous en faciliter la lecture, nous avons décidé de vous livrer des extraits tout au long de la semaine que nous essayerons de publier à 19h30.

Hier, nous vous avons délivré la partie concernant les pilotes Tech3, Pol Espargaro et Bradley Smith et la menace que représentent pour eux les pilotes Ducati.

Aujourd’hui nous abordons un tout autre sujet puisqu’en tant que team manager français d’une écurie française, nous ne pouvions pas ne pas lui demander son point de vue sur les grands débuts de Loris Baz en Grand Prix.

Désormais engagé chez Forward Racing, le grand français a surpris pas mal d’observateurs avec des chronos encourageants et prometteurs au guidon de la Yamaha Open.

De bons résultats qui poussent déjà certaines personnes à le voir signer chez Tech3 la saison prochaine.

Nous avons donc directement posé la question au principal intéressé. Pour rappel, Loris Baz a clôturé les essais de Sepang à la 19ème place à 2.757 secondes du temps stratosphérique de Marquez mais à seulement une seconde du top10 ou mieux encore, à un dixième de Nicky Hayden.   

GPi : Alors Hervé, la question qui fâche. Beaucoup de monde espère que Loris Baz fera un an chez Forward avant de signer chez Tech3 et ainsi devenir le cinquième français à défendre tes couleurs après Jacques, Guintoli, Di Meglio et Rossi. Qu’en pense le team manager ?

« H.P. : Hahahaha, pourquoi veux-tu que ça me fâche ?

GPi : Peut-être pas te fâcher mais je peux comprendre que tu n’aies pas envie de répondre à ça maintenant ?

H.P. : Evidemment que je ne vais pas répondre à cette question à ce moment ci de l’année. Pour le moment, Loris a un contrat avec Forward et moi j’ai un contrat avec Smith et Espargaro pour 2015 et donc me lancer à mettre des noms pour 2016 avant même que le championnat ne soit commencé ça ne voudrait rien dire du tout et ça ne pourrait que contribuer à mettre des tensions dans mon équipe et dans leur équipe. Je suis très heureux de voir Loris arriver en MotoGP et je pense que ce qu’il a fait à Sepang est loin d’être ridicule, c’est même très bien, il a bien progressé pendant ces trois jours.

Or, ce n’est pas facile. Je me souviens de certains pilotes arrivant du Superbike et notamment Toseland, lorsque tu dois t’adapter aux pneus qui sont très différents de ceux utilisés en Superbike et qui impliquent un pilotage différent, aux freins carbone qui induisent une technique de freinage radicalement différente…quand on prend tous ces paramètres qu’il avait à gérer, qui plus est sur un circuit aussi difficile que celui de Sepang et qu’on voit le temps qu’il a réalisé, on peut dire qu’il a extrêmement bien travaillé. Il est largement dans le tableau de marche.

Mais à ce stade, que puis-je dire d’autre ? C’est beaucoup trop tôt !

Tu sais aussi que moi, je prendrai ma décision quant au line up 2016 en partenariat avec Yamaha, même si je ne suis pas obligé mais je veux les impliquer et aussi avec mes sponsors principaux qui sont Monster, le groupe Black & Decker et Motul.

On discutera de beaucoup de choses et il faudra qu’il y ait consensus. Mais voilà, ce qu’il a fait c’est vraiment pas mal du tout ! Il termine presque trois dixièmes devant Jack Miller, il n’est qu’à un dixième de Nicky Hayden et à moins de quatre de Scott Redding qui a été vice-champion du Monde Moto2 et qui roule sur une moto d’usine…mission plus qu’effectuée !

Avec Tech3, nous sommes une équipe française, installée en France et dont la majorité des gens qui bossent avec nous sont français mais nous n’avons pas systématiquement à défendre le drapeau bleu blanc rouge. Je ne suis pas mandaté par le gouvernement français, par la fédération française ou par un sponsor principal français. Nous, nous devons avoir les pilotes les plus performants possible en tenant compte de nos budgets parce qu’évidemment, si demain on me donne 20 millions d’euros pour former mon line-up, j’essayerai certainement d’avoir Rossi et Marquez. Au final, nous sommes une équipe basée en France mais internationale et le but est de faire du mieux possible avec les pilotes qui cadrent le mieux possible avec la politique de Yamaha et de mes partenaires…et de mon porte-monnaie (rires).

Pour en revenir à Loris, je ne peux que le féliciter pour ses résultats mais aussi pour son attitude. Ce n’est pas le mec du genre à rouler les mécaniques, c’est un bosseur qui travaille dans son coin, il a une approche humble et sur la piste, il fait ce qu’il doit faire ».            

Stay tuned !


_________________
Un p'tit clik vaut mieux qu'une grande claque; c'est Harry qui l'a dit! Wink

http://www.paddock-gp.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pit-lane.biz
Marc
Admin
avatar

Nombre de messages : 27306
Age : 58
Localisation : Villiers sur Marne (94)
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: Re: [Interview] Hervé Poncharal    Mer 18 Fév 2015 - 16:22

Hervé Poncharal : les bonnes raisons d’Aprilia, le coup de maître de Suzuki !

18-02-2015 19:30 ExclusifGregory Hellinx



Alors que la première salve d’essais pour la catégorie reine a eu lieu du 4 au 6 février sur le circuit de Sepang en Malaisie et que le chrono ne nous a pas apporté grand-chose de nouveau par rapport à la réalité de la piste qui prévalait déjà en 2014, nous avons pris le temps de décortiquer les résultats en compagnie d’Hervé Poncharal.

Il en ressort une très longue interview au cours de laquelle nous avons abordé les sujets les plus divers comme par exemple Cal Crutchlow et son départ de chez Ducati, Valentino Rossi, les pilotes Tech3, la réglementation 2016, Loris Baz, Fabio Quartararo (lire ici), les pronostics pour le championnat…

Vu la longueur de l’entretien et afin de vous en faciliter la lecture, nous avons décidé de vous livrer des extraits tout au long de la semaine que nous essayerons de publier à 19h30.

Lundi, nous avons entendu ses attentes quant à ses pilotes et la menace que pouvait représenter les pilotes Ducati (lire ici), hier, nous lui avons demandé si Loris Baz serait le prochain français à relever le défi Tech3 (lire ici) et aujourd’hui, nous abordons en sa compagnie le retour de Suzuki en Grand Prix et l’arrivée d’Aprilia en tant que constructeur.

Les italiens tout d’abord. Présents avec des CRT en 2013 et des « open » en 2014, le constructeur de Noale a décidé d’anticiper son retour, initialement prévu pour 2016, en alignant deux motos hybrides chez Gresini qui, pour l’occasion, décidait de délaisser Honda.

Les Japonais ensuite qui, en 2015, reviennent en Grand Prix avec un line-up enthousiasmant. En effet, après de nombreuses annonces, c’est finalement le rapide Aleix Espargaro et l’incroyable talent, Maverick Viñales, qui prenaient la direction d’Hammamatsu.

Nous avons demandé à Hervé Poncharal de nous livrer son sentiment sur les grandes premières de ces deux constructeurs qui, par leur simple présence, redonnent des couleurs à un Championnat qui, il faut bien l’avouer, avait une fâcheuse tendance à se « bipolariser » face à l’omniscience de Yamaha et de Honda.   

GPi : Certains, dont Carlo Pernat, estiment qu’Aprilia a fait une erreur en anticipant son retour d’une saison et en s’alignant avec une évolution de sa CRT et pas directement avec sa MotoGP en 2016? D’accord, pas d’accord ?

H.P. : A l’heure actuelle, si tu veux être dans un championnat de vitesse et que tu estimes être un constructeur de premier plan, il faut être en MotoGP. Aprilia, ils ont gagné le championnat Superbike plusieurs fois, ils ont conquis les titres pilote et constructeur en 2014. La réglementation évoluant comme elle évoluait, c’est clair maintenant que les deux championnats et attention, ce n’est pas pour dénigrer le championnat des dérivées de série parce qu’il y a là des pilotes que j’adore et notamment Sylvain qui est un grand ami, se sont positionnés avec un championnat sport production et un championnat sport prototype et c’est clairement le MotoGP qui est le championnat numéro 1.  

Dès lors, quand tu estimes être un constructeur qui veut se battre au premier plan, que tu t’estimes être l’équivalent de Ducati et que tu veux challenger les plus gros constructeurs du monde qui sont Suzuki, Yamaha et Honda, il faut être là ! De plus, on n’est pas sans savoir que KTM va arriver, que Kawasaki fera peut-être aussi son retour donc pour moi, ils ont pris la bonne décision !

C’est évident que tu n’arrives pas comme ça en roulant des mécaniques et en étant devant vu le niveau mais ce qu’a fait Bautista, c’est franchement pas mal parce qu’il ne faut pas regarder que la position, il faut aussi regarder les temps et moi j’ai été bluffé.

A la manière de Ducati qui, en 2014 préparait 2015, Ils préparent 2016 avec une moto hybride et la base de cette moto, même si elle a beaucoup évolué, reste quand même une moto de route.

Compte tenu de tout ça, ils ont malgré tout réussi des performances vraiment impressionnantes pour leur premier vrai galop. Je pense donc qu’on ne peut pas les blâmer et ce d’autant plus sur un circuit aussi difficile, rapide et exigeant que Sepang.

Bautista a super bien travaillé et ce qu’il fait dans ce contexte, n’est pas mal du tout. Il ne faut pas oublier qu’il y a quelques années, Suzuki et même Kawasaki ont jeté l’éponge face à Honda et Yamaha en raison de leur niveau.

Au final, comme le dit l’adage, « à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire » ! Qu’avaient-ils encore à prouver dans un Championnat Superbike où de toute façon ils sont toujours présents via l’équipe Red Devils.

Sur le marché, qui sont leurs concurrents en Europe ? KTM et Ducati ! KTM va arriver et Ducati est déjà là !

Et puis, lorsque tu es un constructeur, en terme d’image et de retombées financières et médiatiques elles sont beaucoup plus fortes en MotoGP que nulle part ailleurs !

GPi : Ce n’était donc pas une erreur…

Pour moi ce n’est pas une erreur, c’est vrai que c’est un risque d’arriver une année plus tôt que prévu mais c’est leur décision et elle est respectable. En tout cas, sur la piste, ils sont loin d’être ridicules.        

Je suis impressionné par le nombre de tours de Bautista et par son implication. Après, le casting n’est peut-être pas idéal. Melandri voulait rester en Superbike, le forcer ce n’est peut-être pas ça. J’aurais peut-être pris un jeune pilote en devenir qui a les crocs genre ce qu’a fait Suzuki avec Viñales. Mais bon, ça, ça ne me regarde pas, c’est leur politique interne, mais je ne pense pas qu’on puisse tirer sur l’ambulance et dire que c’était une erreur.

GPI : Autre constructeur à  tenter l’aventure, Suzuki a impressionné à Sepang avec un line-up succulent…

H.P. : Suzuki et quand je dis Suzuki, je parle tout autant des japonais que de Davide Brivio (ndlr, le team manager de Suzuki en Grand Prix) ont frappé un coup majeur en constituant leur équipe. Avec une machine qui, de l’extérieur, n’avait pas encore apporté toutes les garanties de sa compétitivité, ils ont réussi à convaincre Aleix Espargaro, le meilleur pilote Open des deux saisons précédentes, qui est un mec qui peut vraiment faire de grandes choses et le meilleur rookie, et peut-être même un nouveau pilote du gabarit de Marquez, Champion du Monde Moto3 et arrivé en Moto2 comme une météorite, qui est Maverick Viñales. Arriver à convaincre deux pilotes de ce calibre et qui plus est, qui sont complémentaires, pour rouler sur une moto neuve qui n’avait encore rien prouvé, c’est un coup de maître.

Lorsque Yamaha a décidé de tout chambouler avec la signature de Rossi et l’arrivée de Furusawa, il y a eu deux choses, la moto qui est devenue bonne et Rossi qui a amené quelque chose et dans notre sport, le pilote est PRE-PON-DE-RANT ! Demandez à Crutchlow aujourd’hui, il vous dira que la Honda est une super moto mais que p****, il faut se battre avec pour la faire aller. Certains disent donne-moi la Honda et je ferai ce que Marquez et Pedrosa font ! Eh bien aujourd’hui, je peux t’assurer que certains d’entre eux ne tiennent plus le même discours.

Ce que fait Suzuki est vraiment très bien ! Ils ont eu des problèmes de fiabilité en fin de saison dernière, comme on l’a vu au dernier Grand Prix de la saison et aux premiers essais de Valence et de Jerez, mais là, à Sepang, ils ont roulé comme des horloges, il n’y a pas eu un seul problème de fiabilité. Quand tu les vois passer en virage, ils sont au top du point de vue châssis et, comme ils le disent, ce qui leur manque maintenant c’est un peu de moteur mais ça viendra. La mission hivernale était de fiabiliser le matériel. Ce step là franchi, ils vont tenter de combler le handicap en puissance brut et en vitesse de pointe ».

Demain, nous aborderons la question Cal Crutchlow et son départ de Ducati. La question sera de savoir si, comme nous, Hervé Poncharal pense que le Britannique a cassé son contrat beaucoup trop tôt. Nous aborderons aussi le dossier Valentino Rossi qui, dans les mêmes conditions que Crutchlow avait choisi d’aller au bout de son contrat. Situation comparable ou pas vraiment ? Rendez-vous demain à 19h30 pour découvrir les réponses de notre estimé interlocuteur. 

Stay tuned !


_________________
Un p'tit clik vaut mieux qu'une grande claque; c'est Harry qui l'a dit! Wink

http://www.paddock-gp.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pit-lane.biz
Marc
Admin
avatar

Nombre de messages : 27306
Age : 58
Localisation : Villiers sur Marne (94)
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: Re: [Interview] Hervé Poncharal    Sam 21 Fév 2015 - 0:47

Hervé Poncharal : Cal Crutchlow, Valentino Rossi et les galères Ducati! On compare ou pas?

19-02-2015 19:30 ExclusifGregory Hellinx



Alors que la première salve d’essais pour la catégorie reine a eu lieu du 4 au 6 février sur le circuit de Sepang en Malaisie et que le chrono ne nous a pas apporté grand-chose de nouveau par rapport à la réalité de la piste qui prévalait déjà en 2014, nous avons pris le temps de décortiquer les résultats en compagnie d’Hervé Poncharal.

Il en ressort une très longue interview au cours de laquelle nous avons abordé les sujets les plus divers comme par exemple l’arrivée d’Aprilia et le retour de Suzuki, les pilotes Tech3, la réglementation 2016, Loris Baz, Fabio Quartararo (lire ici), les pronostics pour le championnat…

Vu la longueur de l’entretien et afin de vous en faciliter la lecture, nous avons décidé de vous livrer des extraits tout au long de la semaine que nous essayerons de publier à 19h30.

Lundi, nous avons entendu ses attentes quant à ses pilotes et la menace que représentent les pilotes Ducati (lire ici), mardi, nous lui avons demandé si Loris Baz serait le prochain français à relever le défi Tech3 (lire ici), hier nous avons abordé en sa compagnie le retour de Suzuki en Grand Prix et l’arrivée d’Aprilia en tant que constructeur (lire ici) et aujourd’hui, nous avons décidé de toucher le cœur de notre homme en évoquant avec lui le sort d’un de ses pilotes préférés, Cal Crutchlow.

En 2013, le Britannique décidait de quitter Tech3 pour devenir pilote d’usine Ducati. Mais comme beaucoup d’autres avant lui, il se cassait les dents sur la Desmosedici.

Désespéré, démotivé et déprimé, Crutchlow décidait de faire jouer la clause de son contrat lui permettant d’y mettre un terme et signait chez LCR.

Il est probable que, ce faisant, il renonçait à sa dernière possibilité d’être pilote d’une usine majeure sur le long terme. Mais plus grave, on a surtout l’impression qu’il a finalement été un peu vite en besogne puisqu’à peine la rupture annoncée, les résultats commençaient à arriver.

Dans un passé très récent, on se souvient que dans pareilles circonstances, Valentino Rossi avait décidé de poursuivre avec Borgo Panigale alors même qu’à l’époque, les espoirs de progression de la marque n’étaient certainement pas les mêmes. Erreur ou pas, c’est ce que nous avons cherché à savoir en compagnie de notre interlocuteur.

GPi : On sait que depuis son passage chez toi, tu apprécies fortement Cal Crutchlow. Qu’as-tu pensé de ses performances à Sepang ?

H.P. : C’est certain que je l’apprécie énormément. D’abord parce que c’est quelqu’un avec qui nous avons réussi de super résultats et ensuite parce qu’en dehors des résultats, c’est aussi quelqu’un avec qui nous avons partagé de bons moments.

C’est le pilote avec qui nous avons passé le plus de temps car entre les Grand Prix il venait souvent en motorhome, chez nous, avec sa femme Lucy. On se faisait des sorties vélo, on allait manger ensemble midi et soir…Cal c’était comme…si je dis mon frère ce serait probablement un peu exagéré mais en tout cas, Cal faisait partie de l’équipe. Ce n’était pas le pilote qui arrivait le jeudi, roulait avec nos motos et repartait le dimanche, Cal était Tech3 à part entière et quand il est parti, ça a été vraiment dur pour tout le monde. 

Pour lui, c’était l’occasion de tenter l’aventure avec une usine, avec un contrat que nous ne pouvions pas lui offrir, bref, le rêve de tout pilote. Sa décision, on l’a comprise et quelque part, on l’a supporté.

Maintenant, il revient dans une situation plus ou moins similaire à celle qu’il avait chez nous sauf que c’est sur une Honda et pas une Yamaha.

Cal est très honnête, d’ailleurs quand il était chez nous il disait souvent « donne ma moto à Lorenzo, il fera aussi bien qu’avec la sienne, donne-moi la sienne, je ne ferai pas mieux qu’avec la mienne » et aujourd’hui il dit : « sur un rythme de course, ce n’est pas trop mal mais je ne sais pas, comme je le faisais chez Tech3, utiliser le pneu neuf pour aller chercher les trois ou quatre dixièmes ».

C’est clair que Cal va bosser, qu’il va s’habituer à cette moto mais à Sepang, il a eu l’honnêteté de me dire que si la Honda était une moto performante, il fallait en comprendre le mode d’emploi et qu’il fallait vraiment se battre avec.

C’est la preuve qu’il n’y a pas de machine par nature imbattable et que la performance est toujours l’addition d’une bonne machine et d’un super pilote à son guidon.

GPi : Avec le recul, ne penses-tu pas qu’il a pris la décision de quitter Ducati un peu trop tôt ?

H.P. : Tu sais, on est toujours plus intelligent après qu’avant ! Quand il a pris la décision, plus rien n’allait. Il a dit que le point le plus bas de sa saison 2014 était son Grand Prix national, à Silverstone, où il était complètement perdu alors que d’habitude, il va si vite là-bas ! Il était complètement largué, totalement déprimé et il s’est dit qu’il ne pouvait pas continuer de la sorte. Il a eu une possibilité de sortir de cette galère et il la saisie. Malheureusement pour lui, il se trouve qu’au moment où il a annoncé son départ, les résultats ont commencé à venir. Je ne sais pas pourquoi, est-ce parce qu’il n’avait plus la pression, qu’il roulait plus décontracté…je n’en sais rien mais il s’est mis à très bien rouler et à revenir au niveau de son équipier alors…que veux-tu que je dise ? Il y avait eu tellement de tensions, tellement d’envie de se séparer et ce des deux côtés, que je pense que c’était devenu inévitable, l’affaire était faite !

GPi : OK, mais Rossi, avec une machine peut-être encore pire que celle de Crutchlow, a été au bout de son contrat !   

H.P. : Ok, je ne peux pas le nier, mais ce sont des époques différentes, des personnages différents. Cal avait déjà dans son contrat une clause lui permettant de partir. Il avait donc envisagé cette possibilité dès le départ.

Et puis bon, Cal c’est Cal et Valentino c’est Valentino. Juste après Sepang, j’étais avec lui en Thaïlande pour une opération de promotion Yamaha et nous avons passé un peu de temps ensemble. C’est impressionnant, c’est un mec exceptionnel. Cal aussi mais Valentino, c’est encore un autre truc ! Quand tu vois la motivation qu’il affiche, la disponibilité qu’il a encore alors qu’aujourd’hui il a tout gagné et qu’il a un palmarès inégalable ou presque, qu’il est richissime…il continue à se battre comme un lion sur la piste, a jouer le jeu dans les évènements promotionnels comme un jeune le ferait. Il y avait une petite course organisée sur des 300cc et le mec, il attaquait comme un jeune de 20 ans ! Il est heureux de rouler, il est heureux d’être le personnage qu’il est. Cal est quelqu’un de différent, il a choisi de quitter Ducati là où à l’époque, Valentino Rossi décidait de rester, mais qui est-on pour juger ?

Valentino Rossi, on aura beau dire, et j’en parlais récemment avec Carmelo (ndlr, Ezpeleta), il n’y en a qu’un !

GPi : En effet, et encore bien que tous les constructeurs reviennent (lire ici) avant que lui ne mettent un terme à sa carrière !

H.P. : Oui !!! Ceci dit, il faut quand même dire que maintenant, il y a des jeunes qui arrivent, puis il y a Marc Marquez qui, même s’il n’a pas l’aura de Valentino, devient malgré tout un personnage. On avait dit aussi que lorsque Doohan allait s’en aller, ça allait laisser un grand vide mais on trouve toujours quelqu’un ou quelque chose pour combler les vides. Je pense qu’il y a beaucoup de jeunes qui peuvent devenir des stars mais des stars du niveau de Valentino ça sera difficile. Il a tellement eu de choses qui lui ont été données à sa naissance ! Il a une gueule d’ange, il est drôle, rapide sur la piste mais bon, le Championnat continuera à exister après lui. Et puis non seulement je pense qu’il restera impliqué d’une manière ou d’une autre mais surtout je pense aussi que ce n’est pas demain qu’il arrêtera. Quand tu vois sa motivation et sa volonté d’encore progresser, il n’a pas du tout l’attitude de quelqu’un qui prépare sa retraite ».        

Stay tuned !


_________________
Un p'tit clik vaut mieux qu'une grande claque; c'est Harry qui l'a dit! Wink

http://www.paddock-gp.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pit-lane.biz
Marc
Admin
avatar

Nombre de messages : 27306
Age : 58
Localisation : Villiers sur Marne (94)
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: Re: [Interview] Hervé Poncharal    Sam 21 Fév 2015 - 0:49

Hervé Poncharal : Perspectives 2016, pronostic 2015…le maître mot : enthousiasme !

20-02-2015 19:30 ExclusifGregory Hellinx



Alors que la première salve d’essais pour la catégorie reine a eu lieu du 4 au 6 février sur le circuit de Sepang en Malaisie et que le chrono ne nous a pas apporté grand-chose de nouveau par rapport à la réalité de la piste qui prévalait déjà en 2014, nous avons pris le temps de décortiquer les résultats en compagnie d’Hervé Poncharal.

Il en ressort une très longue interview au cours de laquelle nous avons abordé les sujets les plus divers comme par exemple l’arrivée d’Aprilia et le retour de Suzuki, les pilotes Tech3, la réglementation 2016, Loris Baz, Fabio Quartararo (lire ici), les pronostics pour le championnat…

Vu la longueur de l’entretien et afin de vous en faciliter la lecture, nous avons décidé de vous livrer des extraits tout au long de la semaine que nous essayerons de publier à 19h30.

Lundi, nous avons entendu ses attentes quant à ses pilotes et la menace que représentent les pilotes Ducati (lire ici), mardi, nous lui avons demandé si Loris Baz serait le prochain français à relever le défi Tech3 (lire ici), mercredi nous avons abordé en sa compagnie le retour de Suzuki en Grand Prix et l’arrivée d’Aprilia en tant que constructeur (lire ici) et hier, nous avons débattu de la question de savoir si, comme Valentino Rossi, Cal Crutchlow aurait dû aller au bout de son contrat avec Ducati (lire ici).

Aujourd’hui, pour notre avant dernier rendez-vous, nous nous sommes réjouis en sa compagnie de la tournure enthousiasmante que prenait le championnat et nous lui avons demandé de nous livrer son pronostic pour la saison en cours. 

GPi : Hervé, avec le retour de Suzuki et Aprilia, auquel on ajoute celui de KTM la saison prochaine et les rumeurs persistantes annonçant celui de Kawasaki, on a l’impression que le Championnat n’a plus été aussi enthousiasmant depuis très très longtemps. Qu’est ce qui a changé ? Pourquoi ce soudain retour aux affaires des petits constructeurs ?  

H.P. : Pendant très longtemps, on a assisté à un quasi duel entre Honda et Yamaha agrémenté, de temps à autre, par une petite Suzuki lorsqu’on était encore en deux temps et au début du quatre temps.

Ensuite, lorsque nous sommes passés aux quatre temps, nous avons vu plusieurs marques arriver. C’était le moment où les marchés faisaient record sur record. Ducati est arrivé, Kawasaki est arrivé, Aprilia aussi…

Après, il y a eu cette fameuse crise (qui sévit d’ailleurs toujours) et là, les acteurs qui n’étaient pas les acteurs majeurs ont disparu. Je pense à Suzuki, Kawasaki, Aprilia mais aussi à Ducati pour qui on peut dire que ça a été limite ! Ce n’est d’ailleurs que grâce à leur foule de partenaires, qu’ils ont réussi à garder en engageant Valentino Rossi, ce qui leur amenait un peu de lumière médiatique même si les résultats ne suivaient pas, qu’ils doivent leur salut.

Après, sous l’impulsion de la Dorna, nous avons trouvé des solutions pour permettre aux constructeurs qui étaient un peu derrière d’avoir des carottes telles que des avantages sur le nombre de moteurs, sur l’essence embarquée, des pneus différents…ça a resserré quelque peu la grille.

Parallèlement, on a également beaucoup travaillé sur la stabilisation des coûts, avec notamment les développements moteurs ou l’ECU unique pour 2016, ce qui a fait que des constructeurs comme Suzuki ou Aprilia se sont dit que ça valait le coup, que c’était probablement possible, sans des investissements énormes sur l’électronique, d’arriver à être compétitif.

Et je pense que ce qu’a fait Ducati grâce à la réglementation Open et Factory2 a donné l’envie à des constructeurs de venir et, dans le cas d’Aprilia, de venir plus vite que prévu. Je pense que ces éléments ont également été un vecteur important dans la décision de Stefan Pierer (ndlr, le patron de KTM), de rejoindre le championnat.

Tout ça prouve à ceux qui, sur les forums, mettent en doute la volonté de la Dorna de promouvoir correctement le Championnat, que tout ce travail paye.

La grille idéale pour le MotoGP, ce serait 22 ou 24. Si tu arrives à avoir 6 constructeurs et que chacun d’eux engagent 2 machines en direct et dispose d’une équipe satellite qui en a deux autres, nous voilà avec 24 machines…pardon mais ça, ce serait génial !

Il y a quelques années, on en avait parlé, on n’y est pas encore ais c’est certain, on s’en rapproche parce que la saison prochaine, si une équipe est intéressée par les Suzuki, Hamamatsu aura l’obligation de la fournir. Donc, dès l’année prochaine, on pourrait se retrouver avec quatre M1, quatre RCV, quatre Ducati et quatre Suzuki. Ca donnerait une grille plus sympa, plus homogène et bien plus passionnante que ce qu’elle a pu être lors du permanent duel Honda – Yamaha.

GPi : Le futur s’annonce donc bien mais le présent n’est pas en reste avec les Ducati qui pourraient peut-être venir jouer les trouble-fête. Aujourd’hui, après un seul test, qui vois-tu remporter le Championnat ? 

H.P. : Evidemment que moi, personnellement, en ayant la position que j’ai et les liens que j’ai avec Yamaha ; Quand je vois comme ils travaillent, comment ils s’impliquent pour faire progresser la M1, j’ai vraiment envie que ce soit une Yam qui gagne. Elle a progressé et on peut dire que nous avons une très bonne moto à notre disposition.

Maintenant, tu as vu les temps, tu as vu la simulation de course de Marquez et Pedrosa ! Je pense que cette saison, ce sera plus serré et que Marc ne gagnera plus les 10 premiers Grand Prix. J’en serais en tout cas excessivement surpris.

J’ai vu rouler Jorge Lorenzo et je peux vous dire qu’on a retrouvé le Jorge des grandes années, hyper fit physiquement, un bonheur total à voir sur la piste tellement c’est beau, fluide et rapide.

Je ne peux pas trop le dire vu mon implication avec Yamaha mais peut-être que si demain je devais mettre un billet sur quelqu’un, je le mettrais plutôt sur le 93 que ailleurs.

Mais il y a 18 courses, des dizaines de séances d’essais et tellement de choses qui peuvent se passer que loin de moi l’idée que le Championnat est déjà joué !

En revanche, ce qui est certain, c’est qu’on aura eu beau dire que la Honda 2015 n’était pas au top, c’est tout de même eux qui repartent avec les deux meilleurs temps et les deux meilleures simulations de course !     

Stay tuned !


_________________
Un p'tit clik vaut mieux qu'une grande claque; c'est Harry qui l'a dit! Wink

http://www.paddock-gp.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pit-lane.biz
Mykeul

avatar

Nombre de messages : 3549
Localisation : 41 et 95
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: [Interview] Hervé Poncharal    Sam 21 Fév 2015 - 4:04

Merci pour ces mises en ligne.
Pas mal de propos intéressants.
Revenir en haut Aller en bas
Marc
Admin
avatar

Nombre de messages : 27306
Age : 58
Localisation : Villiers sur Marne (94)
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: Re: [Interview] Hervé Poncharal    Ven 3 Avr 2015 - 0:51

Ducati, Rossi, Yamaha et ses pilotes : Hervé Poncharal retrace la soirée du grand spectacle

02-04-2015 12:00 ExclusifGregory Hellinx



On ne va plus vous rappeler Ô combien le Grand Prix de dimanche a été enthousiasmant même si, quatre jours après la fin des débats, nous sommes toujours sous le charme d’une saison qui s’annonce bien à tous les niveaux !

Masbou, Quartararo en Moto3, Zarco ultra compétitif, Xavier Siméon sur un nuage et les favoris déjà au pied du mur en Moto2, et puis un plateau MotoGP où le rapprochement entre les machines devrait donner une saison extrêmement compétitive dans laquelle la résistance mentale et nerveuse pourrait être l’arme la plus absolue !

Acteur et spectateur attentif de cette grande première, nous avons demandé au patron de l’IRTA mais aussi du team Tech3, Hervé Poncharal, de revisiter pour nous le Grand Prix du Qatar.

C’est parti...   

GPi : Alors Hervé, on s’est bien marré devant le spectacle offert par le MotoGP ! Ça fait un bien fou ça non ? L’avis du patron de l’IRTA.    

H.P. : Sublime ! Après les essais hivernaux et, en fonction de la position où vous vous trouvez, on savait que le plateau allait être très compétitif, très proche en niveau et que ça allait probablement nous donner de superbes bagarres. Après la première course, force est de constater que tout le bien qu’on pensait des forces en présence s’est avéré vrai. Les favoris et outsiders annoncés sont tous bel et bien là.

GPi : Avec du rythme et de l’action ! On a pu laisser l’oreiller de côté !

H.P. : Nous avons eu une bagarre magnifique entre les quatre premiers et je pense que ça faisait longtemps que nous n’avions plus vécu une aussi belle et indécise bataille.

GPi : Ducati, Yamaha, et Honda à la rue… pas vraiment le scénario projeté !  

H.P. : Ca fait sincèrement plaisir de voir que Ducati, le troisième larron du MotoGP, a, pour les raisons qu’on connaît, très bien redressé la barre.

Pour ce qui est des Honda, à la veille de la course, on s’attendait à ce que les motos orange soient largement dominatrices et, coup de théâtre, il n’y en a aucune sur le podium. On s’attendait à ce que les Yamaha souffrent et notamment Valentino car il avait souffert aux essais du Qatar, il avait souffert à la qualif et pourtant il n’en a rien été. L’Italien a été incroyablement performant puisqu’après un départ relativement loupé, il s’est retrouvé à se battre pour la victoire et a même fini par l’emporter de manière absolument flamboyante !

La course de la classe MotoGP a été sublime. Je pense que ce n’est pas un coup juste comme ça par hasard car, bien évidemment les Honda vont rectifier le tir et notamment dès le prochain Grand Prix où, au Texas, sur un de ses circuits fétiches, Marc Marquez devrait être très fort. Nous sommes partis sur les chapeaux de roue et c’est génial.

GPi : L’avis du patron de Tech3 ? Dur, dur ?

H.P. : Il y a deux manières de voir les choses : le verre à moitié plein ou à moitié vide ! C’est évident que les six pilotes d’usine (ndlr, Ducati, Honda, Yamaha), pour l’instant, sont devant nous.

A l’heure actuelle, nous nous battons pour la première place des pilotes satellites, donc au mieux, on se bat pour les septième et huitième positions.     

Ici, au Qatar, on fait 8 et 9 puisque Cal Crutchlow s’est immiscé devant nous. C’était très proche puisque Bradley (Smith) termine à une demi-seconde de Cal et que Pol (Espargaro) termine à un dixième de son équipier. Donc ça c’est le positif, le verre à moitié plein puisque nous sommes là où on devait être. Il n’y a pas de chute, ça récompense le travail dur de l’équipe pendant l’hiver, mais bon…

GPi : Mais ?

H.P. : Comme j’avais déjà eu l’occasion de le dire dans notre interview au lendemain de Sepang 1, nos jeunes pilotes sont là pour montrer qu’ils ont la capacité technique à briguer une place de pilote d’usine dans un avenir proche et il n’y a pas de raison technique qu’on soit aussi loin des deux motos bleues qui sont très proches des nôtres.

GPi : Et au final ?

H.P. : Au final, on est satisfait de ce tir groupé mais on doit être plus ambitieux. On doit trouver des solutions pour être plus proches. Quand on voit que Valentino est parti derrière nos deux pilotes, qu’on voit la remontée qu’il a faite et ce, même si la Yamaha n’avait pas la vitesse de pointe de la Ducati, on a compris que cette moto pouvait le faire. Sans son problème de casque, ça aurait également pu le faire pour Lorenzo. Tout ça montre qu’il y a place pour l’amélioration. A nous de le faire !

GPi : Question d’ambition ?

H.P. : Clairement ! Où on se contente de faire ‘best of the rest’ où on se dit que, finalement, ce n’est pas suffisant et qu’on peut être plus près. J’espère que ce début de championnat va ouvrir les yeux de nos pilotes. Il y a eu de grandes discussions dimanche soir et notamment dans le clan de Pol Espargaro et de ses ingénieurs japonais, parce que techniquement en tout cas, rien n’explique cet écart de performance. On doit continuer à travailler!

Stay tuned!


_________________
Un p'tit clik vaut mieux qu'une grande claque; c'est Harry qui l'a dit! Wink

http://www.paddock-gp.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pit-lane.biz
Jarno

avatar

Nombre de messages : 8659
Localisation : Imatra sur Seine
Date d'inscription : 10/11/2009

MessageSujet: Re: [Interview] Hervé Poncharal    Ven 3 Avr 2015 - 2:29

La pression démoniaque sur Smith et Espargaro !

affraid
Revenir en haut Aller en bas
Marc
Admin
avatar

Nombre de messages : 27306
Age : 58
Localisation : Villiers sur Marne (94)
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: Re: [Interview] Hervé Poncharal    Ven 3 Avr 2015 - 3:03

A peine... Very Happy

_________________
Un p'tit clik vaut mieux qu'une grande claque; c'est Harry qui l'a dit! Wink

http://www.paddock-gp.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pit-lane.biz
Marc
Admin
avatar

Nombre de messages : 27306
Age : 58
Localisation : Villiers sur Marne (94)
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: Re: [Interview] Hervé Poncharal    Mer 16 Sep 2015 - 12:51

Well done, Mister Smith ! Les émotions d'Hervé Poncharal !







Après une course plus que mouvementée, qui a vu Bradley Smith passer de la 6ème à la 21ème position, avant de remonter à la seconde, nous avons pu recueillir le ressenti d'un Hervé Poncharal visiblement un peu fatigué par l'intensité des émotions vécues quelques minutes auparavant. Sans aucun doute, le prix de la passion...

Hervé Poncharal, parlons de la course de celui que nous appelons ici Mister Smith, en raison de son humour et son flegme tout britannique...
N'aurait-il pas commis une erreur en début de course?

Hervé Poncharal: "J'étais derrière le canopy et ce que j'ai vu, c'est qu'il était très rapide et qu'à un moment il est arrivé plus vite que Vale, à la limite de la taper, et, pour l'éviter, il a élargi et deux ou trois pilotes sont passés."

A ce moment, là, qu'avez-vous ressenti?

Hervé Poncharal: "Rien, parce que, plus que ce petit fait de course qui n'était pas catastrophique au moment où ça s'est passé, on était plus concentré sur la météo. On voyait les gouttes qui tombaient, et on savait que d'avoir perdu deux ou trois places et une demi-seconde sur ce coup là, c'était rien par rapport à ce qui allait se passer. On voyait bien qu'il pleuvait de plus en plus et, quand ils ont passé le drapeau blanc, on s'est dit "bon, la direction de course est en contact avec la météo locale, et on a vu les radars, on y a droit!". Donc on pensait plus à préparer la moto de pluie, ce qu'on a fait, et rester bien vigilant sur ce qui se passait en piste et voir quand le premier allait rentrer."

Mais vous avez attendu longtemps Mister Smith...

Hervé Poncharal: "Oui, il n'est pas rentré. C'était le seul et il fallait avoir de grosses balloches."

C'est une décision qui lui appartenait?

Hervé Poncharal: "Oui, depuis que l'on avait le Flag to Flag, c'est à dire que la Direction de course a déclaré celle-ci Wet Race et qu'il y avait le drapeau blanc, la décision revient à 100% au pilote. Il est impossible pour l'équipe de décider de faire passer un message au pilote pour qu'il rentre. Il y a parfois, comme c'était le cas aujourd'hui, des endroits du circuit où c'était plus mouillé que devant nous, et il est très difficile de juger. Le seul qui est capable de savoir si l'adhérence est suffisante par rapport à la monte de pneus qui est la sienne est le pilote.
On a entendu Marquez en conférence de presse qui expliquait qu'il regardait ce que les autres faisaient, leurs chronos et les écarts sur les écrans. C'est la décision des pilotes.
On a vu que, concernant les deux leaders du championnat, Lorenzo était rentré un tour plus tôt et c'était à mon avis la bonne décision. Rossi a tenté un coup. C'est toujours pareil: entre Zéro et Héros, il n'y a presque rien. Si Marquez était rentré un tour plus tard, on serait peut-être en train de célébrer une victoire ce soir. Il aurait plu dix minutes de plus, on serait peut-être 18ème.
Lors de telles courses, il faut avoir des nerfs et être sûr de ce qu'on fait."

Quand vous avez compris qu'il ne rentrerait pas, qu'avez-vous pensé?

Hervé Poncharal: "Je le connais, je sais qu'il est fier, ce qui est plutôt positif, et quand il a fait un tour de plus que les autres, comme Valentino, j'ai dit "pouhaaa... why not?" puis j'ai cru qu'il était tombé car au tour d'après, j'étais sur la voie des stands et j'ai vu passé tout le monde, sauf lui.
Je rentre dans le box en jurant mais mon frère qui était sur le muret me dit qu'il était passé sur la piste, et donc se trouvait à ce moment là en tête.
Ca pleuvait de plus en plus et je me dis alors "p..., il joue au c..."
Je criais "mais rentre, ça va mal se terminer! Il pleut trop, tu ne peux pas rester!" (ndlr: lors de cette interview, Hervé Poncharal n'avait d'ailleurs plus de voix).
Je me souvenais de l'année dernière à Aragon où les pilotes avaient voulu jouer aux héros en slicks sous la pluie, mais, à un moment donné, tu as beau t'appeler Marquez, Rossi ou Smith, ça se termine mal.
Même lui, quand il a vu ce qu'il perdait à chaque tour, pensait qu'il aurait dû rentrer. Sauf que cela signifiait tout perdre et qu'il s'est dit "c'est une boulette, je reste sur la piste et on verra. 

Sa "chance", c'est que la pluie a commencé à s'arrêter à ce moment là. Si elle s'était arrêtée trois minutes plus tôt, on aurait pu gagner. Là, il a eu les c..., les nerfs et l'intelligence de ne pas forcer trop tôt. Dans le pire moment, il se faisait prendre entre 10 et 13 secondes au tour. Il a stabilisé le rythme et j'ai alors pensé que c'était perdu, qu'il ne faisait que stabiliser un énorme déficit. C'était mort. Il a donc eu l'intelligence de ne pas tomber dans ce piège dans lequel est tombé Lorenzo. Marquez était très lent, il l'a dit en conférence de presse. Bradley a donc pris son temps pour que la piste sèche un peu d'autant qu'on était en Hard devant et Medium derrière, contrairement à toutes les Open et les Ducati qui avaient monté le pneu Soft arrière.
Je suis donc heureux qu'il m'ait fait crier des injures dans le box."

C'était vraiment des injures?

Hervé Poncharal: "Non, mais des gros mots car je pensais que ça allait encore se terminer... pas bien, et que le weekend était perdu. Je regardais ce qu'il faisait car c'était quand même le gros coup de poker de la course, puisque c'était le seul à faire ça.
Mais je me souviens toujours... 2000, Donington, pareil, des petites gouttes. Tout le monde part en slicks, sauf Ralf Waldman. Olivier Jacque prend un tour à 10 tours de la fin. Là, on se dit "c'est gagné". Il commence alors à pleuvoir et en 10 tours, Ralf remonte son tour perdu et gagne devant Olivier. Comme il a dit après la course, il pleuvait 3 minutes plus tard et je perdais. Entre Héro et Zéro, la limite est très mince."

C'est votre meilleur résultat depuis quand?

Hervé Poncharal: "2013, Cal Crutchlow, Le Mans. On l'égale mais on n'a jamais fait mieux en MotoGP. Assez souvent 3ème grâce à Dovizioso et Crutchlow mais pas mieux que 2ème."

Comment allez-vous fêter cela ce soir?

Hervé Poncharal: "Simplement. On va juste aller dans une petite pizzeria et passer un moment sympa, sans excès, et sans doute refaire la course entre nous. Rien de très spectaculaire car c'est notre style, parce que demain matin, je rentre à Bormes avec ma voiture, où m'attend du travail."

Merci à vous, et bravo à Mister Smith!

Stay tuned !


_________________
Un p'tit clik vaut mieux qu'une grande claque; c'est Harry qui l'a dit! Wink

http://www.paddock-gp.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pit-lane.biz
Srx56

avatar

Nombre de messages : 1129
Age : 62
Localisation : Morbihan
Date d'inscription : 23/09/2011

MessageSujet: La bonne analyse ?   Mer 16 Déc 2015 - 15:04

Une fois que les passions se sont apaisées, la sagesse parle :

http://www.gp-inside.com/14894/16-dec-2015/herve-poncharal-rossi-peut-etre-fier-de-ce-qu-il-a-realise-cette-annee

Une sorte d'épilogue qui ne trahit personne.
Enfin c'est ce qu'il me plait d'interpréter.
Ça reste un sport au final.
Revenir en haut Aller en bas
pacou1



Nombre de messages : 343
Localisation : France
Date d'inscription : 28/07/2012

MessageSujet: Re: [Interview] Hervé Poncharal    Sam 19 Déc 2015 - 11:36

Non ça n'a pas été du sport justement ce qu'il s'est passé. Du moins en Australie et à Sepang.

Ca a été une merguez avariée et c'est pas prêt d'être oublié! Tu verras les podiums du 93 en 2016... Y a pas que des fans, y a aussi ceux qui aiment le sport justement parmi les énervés.
Revenir en haut Aller en bas
tatanka19

avatar

Nombre de messages : 35
Age : 55
Localisation : Corrèze
Date d'inscription : 22/04/2014

MessageSujet: Re: [Interview] Hervé Poncharal    Dim 20 Déc 2015 - 7:48

+1
Revenir en haut Aller en bas
Marc
Admin
avatar

Nombre de messages : 27306
Age : 58
Localisation : Villiers sur Marne (94)
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: Re: [Interview] Hervé Poncharal    Dim 7 Fév 2016 - 8:20

Débrief de Sepang 2016 par Hervé Poncharal.

Une exclusivité... vous savez quoi !

PADDOCK-GP



_________________
Un p'tit clik vaut mieux qu'une grande claque; c'est Harry qui l'a dit! Wink

http://www.paddock-gp.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pit-lane.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Interview] Hervé Poncharal    

Revenir en haut Aller en bas
 
[Interview] Hervé Poncharal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Interview de Hervé Touré à l'occasion de la Leader's Cup
» Interview de Christophe le Bouille
» Interview de Samuel Eto'o qui revient sur l'OL
» Interview exclusive d'Ali Mathlouthi pour forumrcs.com
» [Behind Basketball] Interview Philippe Amagou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ACTUALITES :: [INTERVIEWS]-
Sauter vers: