AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexionNouveaux messages depuis dernière visite
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 29 utilisateurs en ligne :: 12 Enregistrés, 0 Invisible et 17 Invités :: 2 Moteurs de recherche

BigPete, cat, Dan42, jeanyves.divoux, loupio, MANETON, oliv77, Poirot22, popoffe, popov1100, tam, Vortex

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 187 le Lun 3 Déc 2012 - 6:45
Derniers sujets
» [MotoGP] Suzuki GSV-R & XRH1
Aujourd'hui à 7:43 par EDOUARD Jean

» [GP] Gp de France 2018
Aujourd'hui à 7:40 par fullgazlolo

» [Oldies] C'était le bon temps...
Aujourd'hui à 7:13 par Bricole 63

» Transferts précoces ou "jeunisme"?
Aujourd'hui à 6:34 par loupio

» [Oldies] Monza 20 Mai 1973
Aujourd'hui à 4:34 par Dan42

» [GP] Johann Zarco
Aujourd'hui à 1:07 par MANETON

» [GP] Chaises musicales ou resignature pour 2019.
Aujourd'hui à 1:01 par EDOUARD Jean

» [Oldies] Santiago Herrero y la OSSA "monocasco"
Hier à 14:23 par louloubec

» [Sorties] AS Trelivan motos démonstration moto ancienne
Hier à 14:09 par gilbertgpx

» [Oldies] Quizz??????
Hier à 12:34 par jeanmichel.prudon

» recherche historique ?
Hier à 5:41 par popoffe

» [Oldies] Ils ont p'loté la belle à culbuter de Varese (2ème partie)
Hier à 3:51 par Ala Zorro

» [Road Racing] NW 200 2018
Dim 20 Mai 2018 - 14:37 par patthebike

» [Road racing] Saison 2018
Dim 20 Mai 2018 - 12:22 par mickey

» [Pit Laners en course!] Clément Révolte (coupe YAMAHA R125)
Dim 20 Mai 2018 - 11:09 par EDOUARD Jean

» [BLA BLA BLA] Le Tourist Trophy à fond les manettes
Dim 20 Mai 2018 - 5:10 par mickey

» CLONAGE MOTO ELFe CML 2018.2019
Sam 19 Mai 2018 - 22:45 par EGLI JAPAUTO

» [Oldies] Parlons Paton!
Sam 19 Mai 2018 - 16:10 par taliesin

» [GP125] All that you wanted to know on Aprilia RSA 125, and more, by Mr Jan Thiel and Mr Frits Overmars (PART 5)
Sam 19 Mai 2018 - 9:17 par Frits Overmars

» VMA Navarra 19/20 mai 2018
Sam 19 Mai 2018 - 8:57 par sologne

» [MotoGP] GP 2018 d' Espagne à Jerez , les 4 , 5 et 6 Mai 2018 .
Sam 19 Mai 2018 - 2:43 par CatSeven

» [Oldies] Interview Bady Hassaine
Ven 18 Mai 2018 - 12:46 par SuomiFinn 95

» Résultats, Pilotes, Motos GP des années 1949 à 2018.
Ven 18 Mai 2018 - 12:20 par cassandre

» [Endurance 2018] 3è manche en Slovaquie samedi 12 mai
Ven 18 Mai 2018 - 0:43 par freret alain

» [SORTIES] La 10ème Sunday Ride Classic – 23-24-25 Mars 2018 au Circuit Paul Ricard
Jeu 17 Mai 2018 - 13:40 par BauGG

» [Oldies] Des livres sur la course moto
Mer 16 Mai 2018 - 22:33 par jeanmichel.prudon

» Joel Enndewell ou le side car avant tout ! La suite...(2)
Mer 16 Mai 2018 - 14:13 par enndewell joel

» [EEL] La “European Endurance Legend” naîtra au mois de mars au Paul Ricard !
Mer 16 Mai 2018 - 6:50 par dbu

» [Oldies] Le mystère des antipodes, ces usines à champions bien trempés
Mar 15 Mai 2018 - 17:16 par philippe7

» [Technique] Moteurs MotoGP
Mar 15 Mai 2018 - 13:59 par Emmanuel Laurentz

La réclame...
Mots-clés
triumph ducati suzuki norton ROAD moto classic RACING 1980 eurosport 1973 HOnda 2013 side ravel aermacchi coupe icgp aprilia fourche france rouge yamaha 2018 wanted geco
Meilleurs posteurs
Marc
 
philwood
 
mickey
 
Pierre"PhilRead"
 
Jarno
 
Fügner
 
EDOUARD Jean
 
yves kerlo
 
janpol84
 
bubu
 
La réclame...

Partagez | 
 

 [Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Jarno

avatar

Nombre de messages : 8661
Localisation : Imatra sur Seine
Date d'inscription : 10/11/2009

MessageSujet: [Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...   Mer 17 Fév 2010 - 4:49

1) NAISSANCE DE MAICO

Maïco a été créée en 1926 à Pfäffingen en Allemagne (près de Tübingen), par Ulrich Maisch. La marque est la contraction de "Maisch und Compagnons" et Maïco fabrique initialement des vélos et des accessoires.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
L'usine de Pfäffingen

A l'initiative des fils du fondateur, Otto et Wilhelm Maisch, Maïco se lance dans la production de motocyclettes légères en 1931, à partir de moteurs ILO ou Fichtel & Sachs.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Otto Maisch

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Wilhelm Maisch

Ce n'est qu'après guerre que Maïco produit son premier moteur, le M125, basé sur le ILO utilisé pendant la guerre pour la Maïco K125. Wilhelm s'est fortement compromis avec le régime nazi pendant la 2ème guerre mondiale et il lui est fait défense d'avoir plus qu'une petite portion des parts de l'entreprise familiale, et Otto devient quasi seul maître à bord, d'autant que Wilhelm est victime d'une attaque en 1957 qui le laisse paralysé. Ses trois fils ont pu rapidement prendre un rôle dans l'entreprise familiale, mais Otto les considère comme peu compétents et leur donne des postes subalternes, Hans comme pilote et développeur, Peter comme relation presse, et Wilhelm Jr comme Directeur de la production et du développement.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Maïco M175 - 1952

Maïco se diversifie dans les années 50-60, produisant des scooters (Marc, tu es là ?) et même des voiturettes.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
MaïcoMobil

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
MaïcoLetta

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
PKW-Maïco 500 (1955)

Grâce à FMD, j'ai découvert cette magnifique Maïco 400 "Taifun", photographiée ici au Bol d'Or 1960 aux mains de Bernard Krajka, frère de Charles :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




1967 - 1976 : MAICO EN VITESSE


En 1965, les Maisch décident de lancer une Maïco 125 de route, conçue par un ingénieur Autrichien en provenance de chez Rotax, Günther Schier.

Le designer Français Louis Lepoix est chargé de l'allure générale de la moto.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le prototype de la Maïco MD125 en 1965 (source FMD)


Le modèle définitif sortira en 1967. Par rapport au prototype, on notera son monocylindre fortement ailetté.
Cette MD125 SS développe un peu plus de 14 chevaux et est équipée d'une boîte 5.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Maïco MD125 SS (1967-68)

Dans la foulée, Schier présente un 50cc, le MD50, qui partage bas moteur et partie-cycle avec la 125.
L'idée est bonne en termes de coûts de production, et sans doute de solidité, mais Maïco ne parviendra pas à concurrencer ses compatriotes Kreidler et Zündapp avec cette moto.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le Maïco MD50 de 1967

Mais Schier est aussi un ex-pilote et il entrevoit rapidement le potentiel de ce moteur pour une utilisation en course et, dès la mi-1967, avec l'aide des mécaniciens Maïco Walter "Waldi" Nieser et Hans Hinn, Schier met au point une version MD125 RS qui développe 18 chevaux, aussitôt engagée dans une course de côte, le "Bergpreis Schwäbische Alb", avec le pilote d'essais maison Wolfgang Trautwein aux guidons. Trautwein termine 2ème et obtient quelques autres places d'honneur dans d'autres courses en 1967, et cela éveille l'intérêt des frères Maisch, au point que, pour la saison 68, deux motos sont assemblées par l'usine et engagées en championnat Allemand, pour Manfred Bernsee en catégorie "junior" et pour Toni Gruber dans la catégorie "Inter".

Les résultats comblent les espoirs de Maïco puisque Bernsee devient champion d'Allemagne Junior 1968 tandis que Gruber remporte des victoires lors de courses "inter" en Autriche et en Yougoslavie.

Il est alors décidé de produire une petite série de ces motos de course, qui sont présentées lors du salon IFMA à Cologne, à l'automne 1968.

40 de ces motos seront produites pendant l'intersaison, avec quelques modifications par rapport au prototype de 1967-68, de sorte qu'elle sera dénommée MD125 RS-2. Elle développe désormais 24 chevaux à 9.500 tr/mn. La RS-2 complète et prête à rouler coûte 4.400 DM et elle est livrable à partir de février 1969 si commandée avant le 15 novembre 1968

La RS-2 fait un tabac dans les courses nationales en 1969, Erich Brandl étant sacré champion d'Allemagne Junior devant 4 autres RS-2.

En France, Manfred Bernsee vient remporter deux manches du championnat inter, en avril à Nogaro et en mai à Bourg-en-Bresse, et des pilotes Français comme Pierre Viura, le champion de France 67 sur Honda, et Thierry Tchernine roulent aussi sur des RS2.

Au surplus, Maïco décide d'aligner une équipe d'usine en Grands Prix, avec Kent Andersson, Borje Jansson, Manfred Bernsee et Toni Gruber.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La Maïco MD125 RS2 de Börje Jansson (1969)

Dès la première manche du championnat, le GP d'Espagne, Andersson prête le twin Yamaha fourni par l'usine à Salvador Cañellas, et décroche avec son Maïco une fantastique 2ème place derrière la Suzuki RT67 de Cees van Dongen et devant la Villa de Walter Villa.

Mais les Maïco usine cassent lors des deux GP suivants et Andersson se résoud à délaisser son mono Maïco juste avant le GP des Pays Bas, pour finir la saison sur la petite Yam.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La superbe Yamaha TA de Kent Andersson (1969)

Jansson reprend la place de premier pilote, mais sa saison sera gâchée par des pannes trop fréquentes. Des pilotes privés Français marquent aussi des points en 69 sur des RS-2, Pierre Viura et Daniel Crivello [peut-être avec des Nougier-Maïco, je cherche des preuves...].

Pour 1970, les défauts de jeunesse de la RS2 sont réparés, et une deuxième série de compé-clients est mise en fabrication, avec une boîte 6-vitesses, et un moteur poussé à 25 chevaux à 11.000 trs/mn ; elle est appelée RS2/6, ou parfois RS6. Chaque année un nouveau contingent sera désormais fabriqué, et 146 exemplaires seront vendus au total, entre 1969 et 1974.

Pierre Viura sera ainsi Champion de France Inter en 1970 et en 1971 sur une Maïco RS2 fournie par l'usine à l'importateur Français.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pierre Viura et sa Maïco MD125 RS2 dans la course de côte du Mont Ventoux (1971)

La RS2 devient LA référence des pilotes privés en Allemagne et remportera ainsi le championnat d'Allemagne Junior en 1971 (Walter Wurster), 1972 (Peter Frohnmeyer), 1973 (Wolfgang Rubel), 1974 (Rolf Thiele) et 1976 (Wulf Gerstenmaier).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Peter Frohnmeyer en 1972

Carton plein également en Championnat d'Allemagne National, avec Gerd Bender en 1971 et 72, Paul Eickelberg en 1973 et 1974, et Fritz Reitmaier en 1975.

Enfin, le MD50 sera fréquemment adapté à la compétition, d'abord par Waldi Nieser pour le compte de l'usine, mais aussi par les préparateurs HM, Bender ou Rudi Rupp.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Lasse Johansson sur HM-Maïco MD50 RS (1970)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le moteur HM Maïco de Lars Persson (1970)

En GP, Borje Jansson est à nouveau premier pilote de l'équipe officielle pour 1970, et décroche la 3ème place du championnat du Monde, devant la Kawasaki usine du champion en titre, Dave Simmonds, en montant 5 fois sur le podium ; de son côté, Gruber termine 6ème.

Pour avoir une idée de l'incroyable diversité de machines présentes en ce début d'années 70, regardez le classement du championnat du Monde 125 : 8 marques différentes dans les 11 premiers !

Championnat 125 – 1970
1. Dieter Braun (BRD) Suzuki RT66 – 84 pts (4 victoires)
2. Angel Nieto (ESP) Derbi 125GP – 72 pts (4 victoires)
3. Börje Jansson (SVE) Maïco MD125 RS2 – 62 pts
4. Dave Simmonds (GBR) Kawasaki KA-1 – 57 pts (1 victoire)
5. Laszlo Szabo (HUN) MZ 125 RE – 34 pts
6. Toni Gruber (BRD) Maïco MD125 RS2 – 33 pts
7. Aalt Toersen (NED) Suzuki RT67 – 31 pts
8. John Dodds (AUS) AerMacchi Aletta – 24 pts (1 victoire)
9. Günther Bartusch (DDR) MZ 125 RE – 22 pts
10. Heinz Kriwanek (AUT) Rotax – 21 pts
11. Gilberto Parlotti (ITA) Morbidelli – 15 pts (1 victoire)

Enfin, toujours en 1970, Manfred Bernsee termine 7ème du GP d'Allemagne sur un MD50 officiel.

Le monocylindre Maïco est même utilisé pour rouler en side car !
Le pilote-préparateur Hans-Gerd Reichler accouple en effet quatre monos 125 pour faire un 500cc 100% Allemand de 70 chevaux, avec un allumage Kröber, des carbus Bing et une boîte BMW.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le moteur Maïco 500 de Reichler (merci PapyJac)

Pour 1971, les motos d'usine sont dotées d'un refroidissement liquide logé dans une nouvelle partie-cycle surbaissée, qui sera surnommée "FlachRad" ("bécane plate") tandis que les RS2 compé-client, toujours refroidies par air, sont surnommées "HochRad" ; grâce à ces améliorations, l'usine parvient à signer un contrat avec le champion du Monde en titre, Dieter Braun, aux côtés de Börje Jansson, Toni Gruber et du jeune Gerd Bender.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La Maïco MD125 RS2 "FlachRad de 1971

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Moteur de la RS2 FlachRad

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Börje Jansson et sa "FlachRad" (1971)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Dieter Braun (1971)


Jansson termine à nouveau 3ème du championnat, juste devant Braun, tandis que Bender finit 7ème et Gruber 11ème. Les Maïco décrochent 9 podiums mais pas une seule victoire, tandis que Angel Nieto remporte le titre sur Derbi, devant la Suzuki RT67 de Barry Sheene.

Les succès en piste soutiennent les ventes du Maïco MD125 SS, qui évolue lui aussi.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Maïco MD125 SS (1972)


En 1972, à nouveau Braun, Jansson et Bender comme pilotes officiels, avec Eugenio Lazzarini qui obtient une aide de l'usine dans son propre team, et conçoit une partie-cycle encore plus petite, adaptée à son petit gabarit.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Börje Jansson (1972)

Jansson décroche cette fois deux victoires (RDA et Tchéco) et est encore en lice pour le titre à deux GP de la fin, puisque Mortimer mène avec 87 pts, devant Jansson (78), Nieto (75) et Andersson (73).

Au GP de Finlande, à Imatra, Jansson bagarre en tête contre Andersson mais le Maïco casse et Andersson l'emporte. Compte tenu du système de décompte des points, avant le dernier GP en Espagne, on trouve Mortimer (87), Nieto (87), Jansson (78) et Andersson (78) tous encore titrables.

Kent Andersson l'emporte à Montjuich devant son coéquipier Mortimer, mais Nieto en assurant la 3ème place décroche le titre, tandis que Jansson ne termine que 5ème de la course, finissant 4ème du classement général derrière la Derbi de Nieto, et les Yamaha YZ623C officielles de Kent Andersson et Chas Mortimer. Braun ne finit que 8ème, Lazzarini 11ème et Bender 13ème.

Toujours en 1972, apparaît en GP250 une moto conçue et réalisée par les trois mécanos de Dieter Braun, Sepp Schlögl, Anton Mang et Alfons Zender : souvent désignée comme une Maïco dans les classements, puisque Braun était pilote officiel de la marque, c'était en réalité la SMZ 250, un twin constitué de deux monos Maïco 125 refroidis par eau superposés.

Braun obtiendra une retentissante 2ème place au GP d'Allemagne, sur le Nürburgring, derrière l'officiel Yamaha Hideo Kanaya (qui réussit l'exploit de vaincre pour sa première course sur le Ring, avec une TD3 sortie de caisse) et devant Jarno Saarinen, ralenti par des problèmes d'échappement mais qui sera titré en fin de saison.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La SMZ 250 avec Sepp Schlögl, Dieter Braun et Toni Mang

Pour l'anecdote, Schlögl et Mang étaient copains de classe et se tiraient la bourre, ados, sur les petites routes du coin. C'est Walter Nieser, ingénieur Maïco, qui a mis les deux compères en contact avec Dieter Braun, dont ils sont devenus les préparateurs. Anton Mang est ensuite devenu pilote, multiple champion du Monde, et Schlögl est resté préparateur, et c'est lui notamment qui était derrière la Honda de Tom Lüthi lors du titre mondial 125 du Suisse.

A noter une autre 250, moins sophistiquée, réalisée à partir du mono 125 Maïco, la Nougier 250 qui sera championne de France aux mains d'André Kaci. Contrairement à la SMZ, la Nougier utilise des cylindres compé-client à refroidissement par air, mais Jean Nougier n'avait pas les connexions de Braun chez Maïco.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La Nougier Maïco 250 de 1972 (source FMD)



Pour 1973, l'usine stoppe son effort officiel, mais confie des "FlachRad" à Borje Jansson.

Eugenio Lazzarini poursuit le développement de sa propre moto, avec l'aide de Waldi Nieser, en la rebaptisant Piovaticci, du nom de son sponsor qui rebaptisera aussi ainsi la Jamathi 50 deux ans plus tard.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Présentation par Eugenio Lazzarini de la 125 Piovaticci Maïco au Président de la Fédération Italienne(source : Lazzarini di Lazzarini Enzo)

Lazzarini réalise aussi en 1973 une 250 Piovaticci à refroidissement liquide sur la base de deux cylindres de Maïco 125, avec une boîte de vitesses d'origine Yamaha.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Derrière la Piovaticci 250, Paolo Benelli, Ferruccio Colucci et Egidio Piovaticci (source : Lazzarini di Lazzarini Enzo)

Jansson remportera encore un GP, chez lui en Suède, et quatre autres podiums qui lui vaudront à nouveau la 4èe place finale, derrière les Yamaha YZR125 0W15 de Andersson et Mortimer, ainsi que le Bridgestone de Jos Schurgers (un twin artisanal sur base de Bridgestone 175cc de route mais avec des cylindres de Kreidler van Veen réalésés).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Eugenio Lazzarini - Piovaticci (1973)

Jansson précède Lazzarini, qui a également remporté un GP sur sa Piovaticci-Maïco, Buscherini (Malanca), Nieto (Morbidelli) et Rolf Minhoff sur un des nombreux RS2 privés désormais engagés à chaque GP.

On retrouve notamment parmi ces privés Horst Seel et Hans Hummel, qui seront peu après des préparateurs renommés. Maïco est vice-champion du Monde constructeurs en 125.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Matti Kinnunen - Maïco RS2 (1973)

Quant à la SMZ, elle est mise au placard puisque Braun et son équipe sont occupés à transformer une Yamaha 250 TD3 pour la doter du refroidissement liquide comme les motos officielles. Braun sera champion du Monde 1973 sur cette Yamaha. Anton Mang disputera cependant quelques courses avec elle au début de sa carrière. Il se dit que cinq exemplaires auraient été fabriqués en tout.

En 1974 on retrouve encore quelques Maïco au classement général, comme Leif Gustafsson (8è) ou les 4 premiers du GP d'Allemagne, boycotté par les pilotes étrangers et remporté par Fritz Reitmaier devant Wolfgang Rubel.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Rudi Weiss et Xavier Tschannen (Assen 1974)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Maïco MD125 RS2/6 de 1974, la dernière version refroidie par air

En vue de la saison 1975, Walter Nieser décide de réaliser dans ses propres ateliers une petite série de "FlachRad", disposant de toutes les évolutions des motos d'usine (refroidissement liquide, cylindre Nickasil, carburateur concentrique Bing de 34 et allumage Kröber). Cette MD125 RS3 développe 29 chevaux à 12.200 tr/mn.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Maïco MD125 RS3 - 1975

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Moteur de la RS3

En fait, seules 7 de ces motos trouveront acquéreur, pour un prix de 8.500 DM, et Peter Frohnmeyer sera leur meilleur représentant avec la 14ème place au classement général du Championnat du Monde.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Peter Frohnmeyer, Maïco MD125 RS3 - 1975

Lazzarini débutera aussi la saison 1975 sur sa vieille Piovaticci-Maïco, jusqu'à l'arrivée au GP de Belgique du bicylindre conçu par Jan Thiel sur la base du Jamathi 50.

On trouvera encore des Maïco RS3 en 1976, notamment le Suisse Xavier Tschannen et l'Allemand Walter Koschine, ce dernier obtenant un podium au GP d'Allemagne entre les twins Morbidelli de Anton Mang, vainqueur, et Juliaan van Zeebroeck, 3ème. Ce sera le dernier exploit du petit monocylindre allemand, définitivement dépassé par les Morbidelli compé-client qui envahissent les grilles de départ.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le podium du GP d'Allemagne 1976 : de g à d : Walter Koschine, Anton Mang et Juliaan van Zeebroeck


UNE FIN ROCAMBOLESQUE


Dès le début des années 70, et l'explosion de la pratique du tout-terrain, notamment aux USA, Maïco se recentre sur le tout-terrain, pour devenir une marque de référence partout dans le monde, notamment avec ses grosses cylindrées, aux performances inégalées.

A la fin des années 70, Maïco vend plus de motos tout-terrain que n'importe lequel de ses concurrents, même japonais. En 1981, Maïco est le leader mondial des ventes de 500 de cross, et de loin !

Mais les Maïco sont encore équipées d'amortisseurs classiques et Otto Maisch sent qu'il faut impérativement développer une solution mono-amortisseur au plus vite, mais les fils de Wilhelm trainent les pieds pour investir. Otto et sa famille décident de passer outre l'obstruction de la famille Wilhelm et ils investissent personnellement pour permettre la conception de cette nouvelle suspension.

La famille Wilhelm n'a de cesse de chercher à faire des économies, et suspecte la famille Otto de détourner de l'argent au détriment de l'usine, avec les filiales US. Wilhelm jr, Directeur Technique, obtient que les amortisseurs soient fournis par Corte & Cosso, qui propose un prix imbattable pour tenter de s'implanter dans le monde du tout-terrain, nouveau pour elle.

Ce sera une catastrophe : les amortisseurs sont mal dimensionnés, et leurs supports sur le cadre ne sont pas alignés ; les ouvriers sont obligés de les poser à la masse au montage, et il s'avère que, quand ils sont en extension, ils se tordent ou se brisent !

Les plaintes de clients affluent, les concessionnaires ne parviennent souvent même pas à démonter les amortisseurs, quasi sertis à l'usine.

Otto préconise que des Ohlins soient achetés en catastrophe et fournis gratuitement à tous les clients en remplacement des Corte & Cosso.

Wilhelm Jr, toujours en charge du développement, tente de faire porter le chapeau à Corte & Cosso mais Ohlins déclarera que le système de suspension était foireux de toute façon.

Maïco était dos au mur, et le modèle 1983 devait être fabuleux pour renverser la tendance.
En novembre 1982, les premières Maïco 490 modèle 1983 sont envoyées aux concessionnaires, et les commentaires sont dithyrambiques.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La Maïco MC490 "Sand Spider" de 1983

En septembre 1982, Otto présente un dossier de crédit à la Banque, pour faire face aux investissements nécessités par cette terrible année 1982 et la banque demande que les deux familles mettent en garantie du prêt leurs titres de la société. La famille de Wilhelm Maisch refuse, à moins que la famille Otto accepte de leur rétrocéder un nombre de parts suffisant pour retrouver l'égalité 50/50 entre les deux familles, et ce gratuitement. Compte tenu de la valeur de la société, qui est estimée à près de 9 millions de DM, ce serait un énorme cadeau, mais la famille Wilhelm considère que la famille Otto a profité du traitement réservé à leur père après guerre et que l'équilibre doit être rétabli.

La famille Otto refuse le deal, la famille Wilhelm ne signe pas la garantie, et la banque refuse le crédit, mettant la société dans une situation de trésorerie critique.

Les distributeurs européens sont révoltés par cette situation et, tandis que certains offrent de prêter les fonds nécessaires à la marque, la plupart demandent à Otto de virer les "Wilhelm". Hans, Peter et Wilhelm Jr sont licenciés en décembre 1982. Eux disent que la famille Otto les écarte juste pour continuer ses magouilles.

Dès le début de l'année 1983, les plaintes de clients affluent à nouveau : les moyeux, les boîtes de vitesses cassent comme du verre. Les clients sont furieux, les ventes s'effondrent, et la société accumule les pertes dans les premiers mois de l'année.

Otto Maisch se bat auprès des banques pour obtenir un crédit, mais même le Land de Baden-Württemberg refuse de soutenir l'entreprise, impressionné par la campagne de presse qui se déchaîne sur les défauts de fabrication des Maïco.

Coup de grâce, un pilote américain chute à cause d'un moyeu explosé, et reste paralysé : aussitôt tous les concessionnaires américains renvoient les Maïco à l'usine, et un procès en responsabilité s'ouvre devant les tribunaux américains.

Otto Maisch, exsangue, dépose le bilan en mai 1983.

Peter, Wilhelm Jr et Hans Maisch créent une société et proposent de reprendre Maïco pour 300.000 DM, ce qui leur est accordé par le liquidateur, le Dr Grub, et le tribunal. Ils mettent ainsi la main sur 100% des équipements, des bâtiments, des brevets, des stocks qui valent plusieurs millions de DM.

Etrangement, la famille Otto a conservé la maîtrise de Maïco US, en Californie et en Virginie, et un nouveau combat s'engage : la famille Wilhelm a besoin de l'énorme marché américain pour survivre, mais la famille Otto réclame d'abord les sommes importantes englouties par la filiale US dans les problèmes de garantie et de responsabilité. Le conflit s'enlise, des deux côtés de l'Atlantique.

Les "Wilhelm" trouvent un accord avec l'importateur Hercules et Sachs aux US, et ils lui livrent des Maïco 250 et 500 modèle 1983, avec un méchant autocollant au nom de la nouvelle marque, M-Star. Ce sera un fiasco.

Le pire est à venir : étrangement, ces explosions de moyeux et de boîtes n'étaient pas généralisées : certains possesseurs de Maïco 1983 n'ont eu aucun problème. Après analyse, il s'avèrera que les moyeux défectueux n'avaient pas subi de traitement thermique pour les solidifier, contrairement à ce qui se faisait toujours.

Continuant l'enquête, on examina les boîtes cassées et, de même, il apparut que les pignons n'avaient subi, chez le sous-traitant Mohr & Lopez, qu'un des deux stades du traitement thermique, contrairement à la pratique habituelle. Interrogés sur la raison de ce changement de méthode soudain, les responsables de Mohr & Lopez affirmèrent que l'ordre venait ... de Wilhelm Maisch Jr lui-même.

Certains soutinrent alors que Peter Maisch, le responsable des relations-presse, avait mis de l'huile sur le feu pour que des articles alarmants sur la qualité des Maïco soient publiés, dès les premières plaintes de clients. Les pires articles seraient toujours publiés par des journalistes connus pour leur amitié avec Peter Maisch, amitié non démentie après publication !

Pis encore, il fut paraît-il découvert un mémo provenant d'un conseil fiscal, adressé à Peter, Hans et Wilhelm Jr, leur expliquant comment pousser Maïco en faillite et la récupérer !


En 1986, à bout de solutions, les Maisch déposent à nouveau le bilan.

La marque sera rachetée par un Allemand, Lorentz Merkle, qui déménage l'usine en Bavière et vend au compte-gouttes des nouvelles motos de cross sous la marque Maïco, à partir de 1989. Au bout de quelques années, Merkle recherche des investisseurs et finit par céder l'ensemble à des Hollandais, la famille Demmer, en 1995, et les Maïco seront désormais fabriquées aux Pays Bas. Un procès opposer les Demmer aux Merkle, ces derniers prétendant que le prix de la vente ne leur a pas été versé. Ce litige bloque le redéploiement de Maïco.

La nouvelle usine est inaugurée en 1997, mais un an plus tard c'est un nouveau dépôt de bilan, les Demmer n'ayant pu atteindre un niveau de ventes leur permettant d'assurer la survie de l'entreprise.

La marque est à nouveau rachetée, par un autre Hollandais, Brouwer, mais la production ne redémarre que très tard et au compte-gouttes, après que les stocks ont servi à assembler et vendre une petite série de motos en 2002.

Un tout nouveau modèle cross est annoncé pour 2010 :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


LE MAICO HISTORIC ROAD RACING TEAM


De leur côté, Walter Nieser et Hans Hinn crééent dès 1988 le Maïco Historic Road Racing Team, une structure pour restaurer en état neuf et faire courir des Maïco MD125 RS, ou même, à l'instar de Paton, recréer à l'identique des RS, sous la dénomination "WN-Maïco" qui apparaissent dans les réunions de motos anciennes aux mains de Rolf Minhoff, Peter Frohnmeyer, Borje Jansson ou Dieter Braun, entre autres.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Waldi Nieser

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Börje Jansson

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Peter Frohnmeyer

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Rolf Minhoff


Dernière édition par Jarno le Ven 5 Jan 2018 - 3:19, édité 40 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pignool

avatar

Nombre de messages : 1821
Age : 56
Localisation : Le Pontet
Date d'inscription : 03/09/2009

MessageSujet: Re: [Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...   Mer 17 Fév 2010 - 4:55

ouai, bof, y a pas d'image!!!! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Jarno

avatar

Nombre de messages : 8661
Localisation : Imatra sur Seine
Date d'inscription : 10/11/2009

MessageSujet: Re: [Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...   Mer 17 Fév 2010 - 4:57

Attends, attends, c'est long les images...
Je vais compléter au fur et à mesure...

Un Maïco Mobil pour toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Pignool

avatar

Nombre de messages : 1821
Age : 56
Localisation : Le Pontet
Date d'inscription : 03/09/2009

MessageSujet: Re: [Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...   Mer 17 Fév 2010 - 5:05

ayé , pour les images
trop bon les scoots

Maico mobil
Revenir en haut Aller en bas
superkart

avatar

Nombre de messages : 2015
Age : 38
Localisation : pres de nogaro
Date d'inscription : 20/01/2010

MessageSujet: Re: [Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...   Mer 17 Fév 2010 - 5:39

excellent...

je vais tous envoyer a mon pere..il va etre comme une balle devant son pc... !!!
Revenir en haut Aller en bas
http://teamngenering.canalblog.com/
Jarno

avatar

Nombre de messages : 8661
Localisation : Imatra sur Seine
Date d'inscription : 10/11/2009

MessageSujet: Re: [Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...   Mer 17 Fév 2010 - 5:42

C'est pas fini, je vous dirai quand j'arrêterai de compléter :)

Pour le moment je fais un break, ma pause déjeuner est finie...
Mais j'ai encore pas mal de trucs à ajouter...
Revenir en haut Aller en bas
papy jac

avatar

Nombre de messages : 660
Age : 75
Localisation : LIEGE (B)
Date d'inscription : 25/12/2009

MessageSujet: Re: [Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...   Mer 17 Fév 2010 - 12:32

Jarno a écrit:

Mais j'ai encore pas mal de trucs à ajouter...

et
et si tu trouves qq chose sur le 50cc qui a fait des GP en 1971 ..............................
Revenir en haut Aller en bas
http://jbsenior.skyrock.com/
janpol84

avatar

Nombre de messages : 6293
Age : 66
Localisation : 84
Date d'inscription : 09/08/2009

MessageSujet: Re: [Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...   Mer 17 Fév 2010 - 15:24

Je me souviens surtout des Maïco de cross,avec leur gros ailettage du cylindre.
Christian Bourgeois avait monté un 400cc de cette marque dans un cadre Ducati pour faire des courses de côtes. Puis la bécane est passée de main en main. On l'a vue quelque temps dans la boutique d'un concessionnaire Honda de Carcassonne, mais ça va bientôt faire 40 ans cette histoire...
Je ne sais pas ce qu'est devenue la machine. Mais il parait qu'elle marchait particulièrement bien dans la spécialité pour laquelle elle avait été prévue.
Revenir en haut Aller en bas
Jarno

avatar

Nombre de messages : 8661
Localisation : Imatra sur Seine
Date d'inscription : 10/11/2009

MessageSujet: Re: [Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...   Mer 17 Fév 2010 - 16:58

papy jac a écrit:
Jarno a écrit:

Mais j'ai encore pas mal de trucs à ajouter...

et
et si tu trouves qq chose sur le 50cc qui a fait des GP en 1971 ..............................

Voilà, j'ai ajouté quelques trucs sur le 50, mais les infos trouvées pour le moment sont assez contradictoires...
On trouve sur le web des photos visiblement mal datées, comme par exemple cette photo de Frohnmeyer, datée de 1971 alors que c'est en 74 :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Et puis des Maïco 50 il y en a eu pas mal, y compris dans les points en 70-71-72, bidouillés par des tas de préparateurs, et dans les réunions d'anciennes il y a de tout aussi, y compris le fameux Rupp-Maïco préparé par Rudi Rupp, à refroidissement liquide.

Si tu en sais plus, n'hésite pas :)


Dernière édition par Jarno le Sam 4 Fév 2012 - 17:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jarno

avatar

Nombre de messages : 8661
Localisation : Imatra sur Seine
Date d'inscription : 10/11/2009

MessageSujet: Re: [Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...   Mer 17 Fév 2010 - 16:59

janpol84 a écrit:
Je me souviens surtout des Maïco de cross,avec leur gros ailettage du cylindre.
Christian Bourgeois avait monté un 400cc de cette marque dans un cadre Ducati pour faire des courses de côtes. Puis la bécane est passée de main en main. On l'a vue quelque temps dans la boutique d'un concessionnaire Honda de Carcassonne, mais ça va bientôt faire 40 ans cette histoire...
Je ne sais pas ce qu'est devenue la machine. Mais il parait qu'elle marchait particulièrement bien dans la spécialité pour laquelle elle avait été prévue.


J'ai vu aussi une Maïgusta : un cadre de MV 125 dont le mono-4 tps a été enlevé pour laisser place à un 125 de cross Maïco :)
Revenir en haut Aller en bas
Marc
Admin
avatar

Nombre de messages : 27526
Age : 59
Localisation : Villiers sur Marne (94)
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: Re: [Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...   Mer 17 Fév 2010 - 17:03

Trop explosé par 800 kms de brouillard, je préfère ne pas bâcler cette lecture et la reporter à demain.



Par contre, stp, évite de nous casser le moral en écrivant que tu écris cela durant une pause déjeuner (et peut-être sur ton iPhone, en plus)...



PS: Maico Mobile, j'achète tout de suite...

_________________
Un p'tit clik vaut mieux qu'une grande claque; c'est Harry qui l'a dit! [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

http://www.paddock-gp.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pit-lane.biz
Jarno

avatar

Nombre de messages : 8661
Localisation : Imatra sur Seine
Date d'inscription : 10/11/2009

MessageSujet: Re: [Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...   Mer 17 Fév 2010 - 17:13

Marc a écrit:


Par contre, stp, évite de nous casser le moral en écrivant que tu écris cela durant une pause déjeuner (et peut-être sur ton iPhone, en plus)...




Mais non bien sur, c'est juste la mise en ligne...
Les recherches et l'écriture, c'est la nuit...
Revenir en haut Aller en bas
pierre

avatar

Nombre de messages : 126
Age : 55
Localisation : HLR-Belgique
Date d'inscription : 23/09/2009

MessageSujet: Re: [Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...   Jeu 18 Fév 2010 - 0:34

Juste une question de détails : les moteurs JLO et ILO c'est la même chose ?

Et au fait le Juliaan van Zeebroeck çà doit etre le meme qui tiens maintenant un mag sur Bruxelles : http://www.vanzeebroeckmotors.be/index.php?taal=fr
Il a roulé pour Jean Bidalot si je me souviens bien
Revenir en haut Aller en bas
papy jac

avatar

Nombre de messages : 660
Age : 75
Localisation : LIEGE (B)
Date d'inscription : 25/12/2009

MessageSujet: Re: [Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...   Jeu 18 Fév 2010 - 1:01

pierre a écrit:


Et au fait le Juliaan van Zeebroeck çà doit etre le meme qui tiens maintenant un mag sur Bruxelles : http://www.vanzeebroeckmotors.be/index.php?taal=fr
Il a roulé pour Jean Bidalot si je me souviens bien

Oui Pierre c'est bien lui (c'est mon époque tout ça )
Je ne sais pas pour le "bidalot" mais il a bien roulé sur des Van Veen d'usine et a même
gagné en GP.
Revenir en haut Aller en bas
http://jbsenior.skyrock.com/
jml

avatar

Nombre de messages : 258
Localisation : Bercheres sur Vesgre(28)
Date d'inscription : 02/01/2010

MessageSujet: Re: [Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...   Jeu 18 Fév 2010 - 5:59

papy jac a écrit:
pierre a écrit:


Et au fait le Juliaan van Zeebroeck çà doit etre le meme qui tiens maintenant un mag sur Bruxelles : http://www.vanzeebroeckmotors.be/index.php?taal=fr
Il a roulé pour Jean Bidalot si je me souviens bien

Oui Pierre c'est bien lui (c'est mon époque tout ça )
Je ne sais pas pour le "bidalot" mais il a bien roulé sur des Van Veen d'usine et a même
gagné en GP.

Bonjour. Magnifique article
Vanzeebroeck, a du rouler sur la 125 Motobécane pour remplacer Thierry Espié blessé, il me semble
Revenir en haut Aller en bas
Pignool

avatar

Nombre de messages : 1821
Age : 56
Localisation : Le Pontet
Date d'inscription : 03/09/2009

MessageSujet: Re: [Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...   Jeu 18 Fév 2010 - 6:04

Trop belle la pub !!!!!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Marc
Admin
avatar

Nombre de messages : 27526
Age : 59
Localisation : Villiers sur Marne (94)
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: Re: [Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...   Jeu 18 Fév 2010 - 11:22

Excellent ce script qui a dû inspirer la série "Dallas"...





Juste une question: Piovaticci, à la base, c'est une marque de quoi?


_________________
Un p'tit clik vaut mieux qu'une grande claque; c'est Harry qui l'a dit! [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

http://www.paddock-gp.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pit-lane.biz
Pignool

avatar

Nombre de messages : 1821
Age : 56
Localisation : Le Pontet
Date d'inscription : 03/09/2009

MessageSujet: Re: [Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...   Jeu 18 Fév 2010 - 11:50

j'avais lu en diagonale
ayé ,là j'ai tout bien lu
t'es un ouf Jarno !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Jarno

avatar

Nombre de messages : 8661
Localisation : Imatra sur Seine
Date d'inscription : 10/11/2009

MessageSujet: Re: [Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...   Jeu 18 Fév 2010 - 12:15

Marc a écrit:
Excellent ce script qui a dû inspirer la série "Dallas"...





Juste une question: Piovaticci, à la base, c'est une marque de quoi?



Egidio Piovaticci était un marchand de meubles.
Un client de Morbidelli probablement :)

Il a pris sous son aile Eugenio Lazzarini, finançant la customisation de son Maïco RS en 73, ainsi qu'un Maïco 250 d'ailleurs, et puis en 74 il a cassé le cochon et embauché toute l'équipe Jamathi pour rebaptiser le 50, et surtout créer un 125 sur la même base (cadre coque moteur suspendu).

Dès la fin 75 Piovaticci avait cramé tout ses sous et il a revendu son team à Bultaco...
Revenir en haut Aller en bas
Marc
Admin
avatar

Nombre de messages : 27526
Age : 59
Localisation : Villiers sur Marne (94)
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: Re: [Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...   Jeu 18 Fév 2010 - 13:14

Merci Jarno.

_________________
Un p'tit clik vaut mieux qu'une grande claque; c'est Harry qui l'a dit! [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

http://www.paddock-gp.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pit-lane.biz
Jarno

avatar

Nombre de messages : 8661
Localisation : Imatra sur Seine
Date d'inscription : 10/11/2009

MessageSujet: Re: [Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...   Jeu 18 Fév 2010 - 14:24

Bon les amis on pourrait encore ajouter énormément de photos, vu le nombre de Maïco RS2 vendues, sans même compter les modèles cross, mais je passe à autre chose...

Merci à ceux qui ont eu le courage de lire tout ça, super-merci à ceux qui m'ont remercié, comme je le dis à chaque fois on sait que ce genre d'historique n'intéresse pas tout le monde, mais savoir que quelques uns ont pris plaisir à le lire suffit à ... donner envie de recommencer !

Revenir en haut Aller en bas
janpol84

avatar

Nombre de messages : 6293
Age : 66
Localisation : 84
Date d'inscription : 09/08/2009

MessageSujet: Re: [Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...   Jeu 18 Fév 2010 - 14:55

Bravo et
Revenir en haut Aller en bas
Toop



Nombre de messages : 3247
Age : 18
Localisation : Tours
Date d'inscription : 02/01/2010

MessageSujet: Re: [Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...   Jeu 18 Fév 2010 - 16:15

bravo pour ce dossier, moi qui ne connaissait que la partie TT de cette marque, j'ai eu plaisir à le lire
Revenir en haut Aller en bas
papy jac

avatar

Nombre de messages : 660
Age : 75
Localisation : LIEGE (B)
Date d'inscription : 25/12/2009

MessageSujet: Re: [Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...   Jeu 18 Fév 2010 - 21:31

Jarno a écrit:
mais savoir que quelques uns ont pris plaisir à le lire suffit à ... donner envie de recommencer !


OUIiiiiiiiiiiii c'est super ce que tu fais
Revenir en haut Aller en bas
http://jbsenior.skyrock.com/
Apriliabarth

avatar

Nombre de messages : 3403
Age : 47
Localisation : cherbourg
Date d'inscription : 07/02/2010

MessageSujet: Re: [Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...   Ven 19 Fév 2010 - 10:36

Bravo Jarno pour ces historiques , j aime l esprit des clubs de marque historiques de vouloir faire perdurer des marques disparues et j ignorais que cela avait ete fait pour Maico.

A propos je recherche des photos ou docs sur le monocylindre deux temps Bultaco qui a gagne les 24 heures de Montjuic en 1967 il me semble .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Oldizz] Maïco : une sacrée histoire de famille...
Revenir en haut 
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: OLDIES BUT GOODIES-
Sauter vers: